logo Federation cegeps

Téléphone intelligent et stratégies pédagogiques

QUESTIONS

Un enseignant du Collège souhaite prendre connaissance des activités ou des stratégies pédagogiques réalisées en classe avec le téléphone intelligent.

  1. Dans votre collège, avez-vous des enseignants qui intègrent le téléphone intelligent dans leurs stratégies pédagogiques lors des cours?
  2. Quelles sont les stratégies utilisées ou les activités pédagogiques réalisées? 

ÉTABLISSEMENT/REPTIC

RÉPONSES

André-Laurendau
Ana-Paula Cordeiro

Dans mon collège, non, pas à ma connaissance. Cependant, ce professeur de l’école secondaire de Rochebelle à Sainte-Foy a utilisé Twitter dans son cours de français. Voici son récit : http://www.davidmartel.com/.

Granby Haute-Yamaska
Huguette Dupont

Je n’ai pas eu vent d’une activité de ce genre. Au fait il y a davantage de démarches pour interdire le téléphone en classe.

Limoilou
Séverine Parent

De ce que j’en sais, le téléphone intelligent n’est pas intégré comme stratégie pédagogique par les enseignants.

Aussi, il faut savoir que « l’utilisation d’un téléphone cellulaire ou baladeur dans les salles de classe ou laboratoires » est classée dans « les conduites qui nuisent aux conditions de vie ou à l’organisation des services recherchées au Collège » sous les « conduites répréhensibles » selon un règlement du Cégep.

Nous avons fait un sondage début février 2011, je n’ai pas terminé de mâcher le tout, voici quelques éléments, croustillants ou pas :

  • 21 % (seulement) des répondants ont un téléphone intelligent. On pourrait discuter longtemps sur la définition d’un téléphone intelligent, mais ici, c’était défini comme : un téléphone qui fait des appels, envoie des textos, va sur Internet et utilise des logiciels ou des applications.
  • Le tiers du 21 % possèdent un iPhone.
  • Si on ajoute les iPod Touch, ça fait le tiers des répondants qui possède une technologie Mac.
  • Pas de grande surprise : leur activité préférée est d’envoyer des textos et d’aller sur les sites de réseautage.
  • Chez nous, la grande majorité a accès à un portable (70 %), mais la majorité de ceux-ci ne l’apporte pas en classe – 10 % l’apporte au cégep et l’utilise en classe. On ne doit pas être accueillant.
  • Plusieurs autres questions ont été posées, mais je ne veux pas interpréter croche; je rencontre le « préposé aux statistiques » sous peu, j’espère pouvoir partager mes résultats avec les REPTIC.

Saint-Félicien
Bernard Gagnon

Nous n’avons pas encore d’enseignant qui utilise le téléphone intelligent.

Toutefois, un projet expérimental est sur la table pour l’automne prochain (session automne 2011) pour un enseignant en Sciences humaines qui voudrait se servir d’un téléphone intelligent (BlackBerry ou iPhone) pour donner de la « disponibilité-texto » en complément à la messagerie Col.Net qu’il utilise déjà (projet TIC individuel financé par le collège). Le projet n’a pas encore été évalué par le comité du plan stratégique. Il demeure encore officieux.

Saint-Hyacinthe
Gilles Boulanger

La plupart des enseignants n’utilisent pas cette technologie encore. Mais j’ai une réponse du département informatique qui risque de t’intéresser :

« De notre côté, c’est l’aspect programmation de solutions qui est le centre d’intérêt. Puisque nous donnons le cours de Java et que les téléphones Android sont programmables (en majeure partie) à l’aide de ce langage, nous en profitions pour visiter l’architecture et élaborer des petits projets pour exploiter ses ressources. Les possibilités sont énormes.

À l’heure actuelle, cette intégration est embryonnaire. Une évaluation positive a été effectuée l’automne dernier. L’intégration, à plus grande échelle, reste cependant difficile puisque le programme est déjà chargé. Il faudra donc entamer des discussions en département concernant cette opportunité.

De plus, à l’aide de l’évolution bouillonnante de ce marché, nous espérons pouvoir faire une offre de cours avec des outils demandant une moins grande connaissance technique, pour produire des applications simples, accessibles aux étudiants n’étant pas de la technique en informatique. J’exerce une veille technologique concernant ces outils…

Cordialement,
Roberto Mastriani

PS Nous aurions probablement préféré l’iPhone. Cependant, les exigences technologiques (machines, logiciels) n’étaient pas en notre faveur. Nous nous sommes tournés, avec une certaine chance, du côté de l’architecture Android. De plus, étant des développeurs Microsoft, nous serons bien positionnés advenant le cas où le WinPhone de Microsoft ferait une percée. »

Une autre réponse de Saint-Hyacinthe :

« Après avoir saisi ce qu’est un iPhone 4 en regardant de la pub, je me suis rappelé d’un moment de pur délice lorsqu’un étudiant de biologie de la sexualité m’a montré fièrement, en quittant le cours, une superbe image d’un hypothalamus (structure du système nerveux régissant des émotions et autres activités en lien avec la sexualité) sur son iPhone no??. Cela m’indique un fort potentiel de remplacement des portables auxquels je n’ai pas accès en classe régulière.

Une autre étudiante s’est empressé à construire un organigramme de l’organisation du monde microbien en y entrant les infos inscrites au tableau noir!

Sherbrooke
François Cabana

Je trouve intéressante l’option de faire interagir les étudiants avec Poll everywere. Mais, pas d’autres utilisations officielles pour l’instant.

Trois-Rivières
Chantal Desrosiers

Louise Clément (Administration) a commencé à explorer cette voix. Je n’ai pas plus de détails.

 

Écrire une réponse