logo Federation cegeps

Site de tutorat en ligne autonome

Contexte

Dans notre cégep, les professeurs d’un programme technique souhaiteraient mettre en place un service de tutorat/d’aide pour ses étudiants qui les mettraient en relation en fonction des besoins des uns et des compétences des autres ET qui fonctionnerait en toute autonomie (aucun professeur ou personnel de soutien impliqué dans la gestion/logistique pour faire fonctionner cet outil une fois créé et bien paramétré). Une sorte de plateforme web, simple et ergonomique, qui mettrait en relation les étudiants via un service d’agenda commun et un outil de clavardage. Le présentiel ne serait plus obligatoire et cela ne coûterait rien aux étudiants « aidés », tout en permettant aux étudiants « aidants » de faire du bénévolat et ainsi de renforcer leur CV.

Les professeurs voulant développer ce projet souhaiteraient connaître ce qui se fait de ce côté-là dans le réseau collégial (si un tel outil existe).

Questions

  • Avez-vous ce type d’outil de tutorat qui fonctionne de façon « autonome » au sein de votre institution ?
  • Si oui, pourriez-vous, s’il vous plaît, nous partager votre connaissance du sujet ? (Format, structure, mode de fonctionnement, qui l’a créé, avantages et limites… Tout ce que vous pourrez nous partager en fait !)
  • Sinon, connaissez-vous des organismes/institutions hors du réseau collégial qui utilisent ou ont développé ce type d’outil ?

Détail des réponses

ÉTABLISSEMENT/REPTIC

RÉPONSES

Abitibi-Témiscamingue
Marie-Josée Tondreau

Nous avons le module Tutorat par les pairs avec SkyTech. C’est dans notre Omnivox directement, simple et facile.

Beauce-Appalaches
Annie Vaillancourt

1. Non, pas actuellement. Seulement Doodle qui est utilisé pour la prise de rendez-vous de centres d’aide.

2. Rapidement avec TEAMS dans Office 365 en joignant Outlook et/ou Planner, je pense qu’il serait facile d’établir une structure.

Cégep à distance
Ryan W. Moon

Je ne pense pas qu’on a ce genre de service au Cégep à distance.

Il y a un prof à Champlain Saint Lambert qui utilise l’outil Piazza pour faire des échanges de question/réponse par cours, mais il surveille les réponses et il peut voter sur la meilleure réponse.

En 2018, au colloque de SALTISE, il y a un prof de Nouvelle-Zélande qui a fait une conférence sur PeerWise, un autre système qui fonctionne avec moins d’intervention des profs.

Je ne sais pas s’il est réaliste (ou même si c’est une bonne idée) de laisser les étudiantes et étudiants tout seul sur une telle plateforme sans l’intervention d’un membre du personnel. Fin de l’éditorial !

Centre de documentation collégiale
Isabelle Laplante

Je ne sais pas pour une plateforme, mais pour du contenu pour former et soutenir le tutorat, vous pouvez profiter du site du CCDMD.

Chicoutimi
Stéphanie Collard

Nous n’avons rien d’autonome de notre côté, mais nous utilisons Moodle pour les ateliers et les prises de rendez-vous. Par contre, une gestion de groupe dans Moodle est à faire par l’administrateur lors de chaque début de session et le suivi d’un enseignant ressource est nécessaire.

Garneau
Alexandre Dal-Pan

1. Rien de la sorte chez nous (service de tutorat classique).

3. Université du Québec avec l’application Helpr et l’université Concordia avec CASA+

Gérald-Godin
Geneviève Blais

Nous utilisons le module Tutorat d’Omnivox depuis un an maintenant. Il fonctionne très bien pour le CAF, mais il ne s’adapte pas toujours très bien aux différents types de mesures d’aide offertes au Cégep (tutorat par les pairs, mentorat, groupe d’études, etc.). Le module, pour bien fonctionner, demande l’intervention d’une technicienne et la supervision des enseignants. Le jumelage selon des critères de cours, de notes, etc. est possible, mais il demande une approbation donc tout cela n’est pas complètement autonome.

Lanaudière – Joliette
Martin Richard

J’imagine assez bien un espace Moodle pouvant répondre à ce type de besoin. Les étudiants pourraient utiliser la page Moodle et l’outil Rendez-Vous pour permettre de faire une offre de service et de répartir les étudiants ayant des besoins aux tuteurs. L’usage d’un forum pourrait être un plus. Ce sont juste des suggestions. Je n’ai pas d’exemple concret à part certains centres d’aide qui font ce genre de choses à l’aide de Moodle et de fichiers partagés (Word Online).

Lanaudière – L’Assomption
Dominique Trudel (CP réussite)

Nous utilisons aussi le module Tutorat de Skytech pour le tutorat par les pairs dans nos six centres d’aide et dans l’ensemble de nos programmes. Cet outil n’est pas entièrement autonome (une agente de soutien administratif effectue les jumelages), mais il nécessite peu d’interventions. L’un de nos centres d’aide a également mis en ligne un espace Moodle pour de l’aide ponctuelle et virtuelle, alors qu’un autre centre d’aide a essayé d’offrir de l’aide virtuelle à travers une page Facebook. Cependant, ces espaces d’aide virtuelle ont été peu utilisés par les étudiants. Il semblerait que l’aide en présentiel demeure la forme d’aide privilégiée de nos étudiants.

Lanaudière – Terrebonne
Martin Pelletier

Nous avons le module Tutorat par les pairs accessibles avec Omnivox (Skytech). Il a fallu du travail pour le paramétrer, mais ça fonctionne bien. Cela dit, pour le caractère autonome, je ne crois pas que ce soit le cas.

Autrement, Moodle pourrait être une solution, notamment avec l’activité « Rendez-vous ».

Lévis-Lauzon
Martin Hardy

1. Nous ne l’avons pas encore, mais je sais que le centre d’aide en Français (SAFRAN) et en Mathématiques aura bientôt le logiciel Octopuce, de Rubrika.

2. La responsable du SAFRAN me dit qu’ils ont comparé ce qu’offre Skytech avec son module de tutorat versus Octopuce, de Rubrika. Ce qui a fait la grande différence est la facilité d’utilisation et le super service à la clientèle offert pour le produit Octopuce de Rubrika. Ce prestataire de services connaît très bien les enjeux liés au tutorat et le produit le démontre bien. Il semble qu’une recherche en lien avec le sujet ait été faite (Cégep à distance avec Bruno Poellhuber).

3. Non.

Maisonneuve
Asma Boumhi

À mon simple avis, une classe Microsoft Teams peut faire l’affaire dans votre cas, je viens de lancer cette expérience avec mes enseignants pivots.

Dans votre cas, les élèves qui accompagnent le groupe peuvent être regroupés dans un canal (avec les droits de propriétaire) et ceux qui seront aidés peuvent rester dans le général (avec les droits de membre).

Ce qui facilite le travail :

– Teams permet de programmer le suivi des publications sur le groupe;

– Pas besoin d’être en présentiel;

– Une possibilité de communication texto et audiovisuel;

– Une capacité de partage et de stockage importante des ressources (différents formats : PDF, MP4, etc.);

– Possibilité de jumelage de Teams avec plusieurs applications telle que Microsoft Planner (gestion de calendrier);

– Une possibilité de travail sur des documents collaboratifs.

Les profs peuvent être dans le groupe s’ils veulent garder un œil sur l’évolution des choses, mais n’auront pas besoin d’organiser quoi que ce soit.

Matane
René Bélanger

Nous avons le module Tutorat par les pairs avec SkyTech. C’est dans notre Omnivox directement, simple et facile.

Rimouski
Nelson Jean

Nous avons le module Tutorat par les pairs avec SkyTech. C’est dans notre Omnivox directement, simple et facile.

Sherbrooke
David Laplante

1. Aucun outil d’établissement.

2. La seule variante autonome qui existe en ce moment chez nous est le Spotted Cégep de Sherbrooke, où les jeunes dans le besoin lancent un appel et trouvent parfois des volontaires ou des ressources. C’est sans doute la formule la plus viable, puisque tout vient entièrement d’eux, et nous avons bien du mal à les engager volontairement quand ça vient de nous.

3. J’ai beau fouiller, je ne trouve aucun projet se rapprochant de cette idée d’autonomie. Tous les projets, internes comme externes, sont toujours encadrés, de près ou de loin, par un établissement ou organisme, ou laissés libres sur une plateforme externe (Spotted reste le plus simple).

Écrire une réponse