logo Federation cegeps

2009-06 Mise en situation faisant appel aux ressources du Réseau REPTIC

Mise en situation faisant appel aux ressources du Réseau REPTIC et de ses partenaires :
le cas Évaluation du programme de Sciences humaines

Activité de la matinée du 11 juin 2009
Animation : Roger de Ladurantaye (Rivière-du-Loup)

La Direction des études du Collège confie à la conseillère pédagogique responsable des programmes (CP programmes) l’évaluation du programme Sciences humaines. Selon la procédure de la Politique institutionnelle d’évaluation des programmes (PIEP), la collecte des données et l’écriture du devis d’évaluation se feront à l’automne 2009. Les rencontres avec l’équipe programme débuteront à l’hiver 2010.

Dans le but de préparer la collecte de données, la CP programmes consulte la conseillère pédagogique responsable de la formation (CP formation) afin d’échanger sur les stratégies pédagogiques et les dispositifs d’évaluation utilisés par le personnel enseignant en Sciences humaines. De cette discussion, il ressort que la majorité des enseignants placent les élèves dans un rôle réactif : ils écoutent des exposés et réalisent des exercices.

Les professeurs se perçoivent comme des spécialistes des matières enseignées. Très motivés et en parfait contrôle de leur discipline, ils éprouvent beaucoup de satisfaction à communiquer autant les fondements de leur discipline que leurs applications dans la société. Souvent, les objectifs poursuivis semblent cohérents avec les objectifs du programme, mais le dispositif d’évaluation d’un cours ne permet pas toujours d’évaluer la maîtrise de la compétence de ce cours. Malgré cette passion pour l’enseignement et l’engagement des enseignants, le taux de diplomation pour ce programme, dans le temps imparti, se situe à 50 % avec une rétention de 60 % à la 4e session.

Les deux conseillères pédagogiques éprouvent déjà le sentiment que l’évaluation ne sera pas une sinécure. Il faudra faire preuve de doigté dans l’accompagnement du personnel enseignant pour qu’il choisisse de s’engager résolument dans une approche par compétences.

Quelques jours plus tard, la conseillère pédagogique à l’intégration technopédagogique (CP TIC) entend discuter ses collègues du défi qui les attend l’hiver prochain dans le cadre de l’évaluation du programme de Sciences humaines. Avec beaucoup de délicatesse, elle demande à ses collègues si le devis d’évaluation peut prendre en considération la préoccupation du Collège d’intégrer les technologies en enseignement et en apprentissage. En effet, la direction du Collège veut élaborer un Plan d’intégration des TIC.

Suite à la question de la CP TIC, il y a eu un silence… La CP TIC sent l’embarras de ses consœurs tiraillées entre le défi de mettre en œuvre l’approche par compétences dans ce programme et la pression de la Direction du Collège d’aller de l’avant avec un Plan d’intégration des TIC.

La CP TIC connaît assez bien la situation du programme de Sciences humaines à l’égard de l’intégration pédagogique des technologies, ce sont les cours Méthodes quantitatives (MQ) et Initiation pratique à la méthodologie des sciences humaines (IPMSH) qui y ont le plus recours. Les fonctions statistiques d’Excel, voire de versions simplifiées de SPSS, sont utilisées pour saisir, traiter et représenter les données quantitatives. Pour les autres disciplines, la rédaction de rapports dans Word et le recourt à un présentateur comme PowerPoint constituent les outils les plus utilisés.

Tous les enseignants utilisent régulièrement le courriel et le Web pour mettre à jour leurs propres connaissances. Certains sont même abonnés à l’infolettre ProfwebExpresso. La qualité et la diversité de l’équipement matériel et logiciel permettent aux enseignants d’utiliser les derniers outils du web 2.0.Les enseignants disposent aussi d’un soutien technopédagogique par le biais de la CP TIC qui malheureusement n’occupe cette fonction qu’à 50 % de sa tâche.

La CP TIC comprend qu’elle doit prendre sa place dans le processus d’évaluation, mais ses collègues n’accordent pas beaucoup d’importance aux TIC. Par ailleurs, le Collège manifeste la volonté de se doter d’un Plan d’intégration des TIC, mais aucune politique (PIEA, PIEP, politique de la langue, politique régissant les centres d’aide, etc.) ne prévoit la participation de la personne responsable de l’intégration des TIC sur les comités de nature pédagogique.

Questions :
  1. Après avoir rempli le questionnaire Grille d’analyse de scénarios et d’activités pédagogiques, selon vous, est-ce que les conditions pour une intégration pédagogique réussie des TIC sont réunies? Si elles ne sont pas toutes réunies, sur quel objet la CP TIC doit-elle intervenir en priorité?  De plus, veuillez montrer comment vous allez argumenter pour inviter les professeurs à discuter du paradigme d’enseignement vs celui d’apprentissage?
  2. Comment la CP TIC peut-elle convaincre ses collègues d’inscrire dans le devis d’évaluation des questions en lien avec l’intégration pédagogique des TIC?
  3. Quelle étape du document Conception d’un modèle de plan d’intégration des TIC
    pour le réseau collégial permettrait à cette CP TIC d’être intégrée dans les comités de programme?
  4. Veuillez indiquer les éléments du Profil de sortie TIC et informationnel des élèves du collégial qui sont énoncés dans cette mise en situation.

Écrire une réponse