logo Federation cegeps

Rédaction à l’ordinateur dans les cours de français

Print Friendly, PDF & Email

Contexte

Nous étudions la possibilité de faire rédiger nos étudiants à l’ordinateur plutôt qu’à la main en salle de classe durant les périodes de rédaction. Nous souhaitons savoir si des cégeps, lors des rédactions écrites dans les cours de français, permettent à leurs étudiants d’écrire leur texte à l’ordinateur.

Questions

  1. Lors d’une épreuve de rédaction en français, les étudiants de votre établissement sont-ils appelés à rédiger leur texte à l’ordinateur dans la salle de classe? Si oui:
    1. Les étudiants amènent-ils leurs ordinateurs personnels? Le cas échéant, quelles sont les mesures prises pour éviter le plagiat?
    2. Donnez-vous accès à un dictionnaire en ligne (ex. Usito), à Antidote, ou à un logiciel de prédiction orthographique (ex. WordQ), le tout dans une optique de CUA?
    3. Est-ce que tous les enseignants de tous les cours de français demandent la rédaction à l’ordinateur? Ou est-ce au choix de l’enseignant, ou au choix de l’étudiant?
  2. Savez-vous s’il est possible pour les étudiants de rédiger à l’ordinateur dans le cadre de l’épreuve uniforme de français (EUF)? Est-il possible d’avoir une dérogation?
  3. Avez-vous d’autres informations qui pourraient nous aider?

Si non: Est-ce quelque chose que vous envisagez?

Détail des réponses

ÉTABLISSEMENT/REPTIC

RÉPONSES

Ahuntsic

Madona Moukhachen

  1. Les étudiants à besoins particuliers peuvent décider de rédiger leur texte à l’ordinateur, plutôt dans les locaux du service d’aide aux étudiant(e)s en situation de handicap (SAIDE).
    1. Les ordinateurs sont fournis par le centre des technologies. Internet est bloqué sur l’ordinateur et les étudiants qui passent le même examen ne sont pas mis à proximité.
    2. Tous les ordinateurs du SAIDE sont munis d’Antidote français et anglais de Word Q.
    3. C’est aux choix de l’enseignant, mais surtout du SAIDE et de l’étudiant en collaboration avec l’enseignant.
  2. Il est possible pour des étudiants de rédiger à l’ordinateur pour l’EUF avec une dérogation spéciale (la plupart du temps faisant partie du SAIDE).

Je reste disponible si vous avez besoin de plus de détails.

Baie Comeau

Stéphanie Coll

  1. En effet, mais pas dans tous les cours. Les étudiants rédigent à l’ordinateur en Écriture et littérature (101), et lors des premières évaluations en Littérature et imaginaire (102). Nous passons progressivement à la main pour préparer les étudiants à la rédaction de l’EUF. Pour le cours de communication, c’est aussi à l’informatique.
    1. Non. Les étudiants ne rédigent que dans des salles informatiques. Pour éviter le plagiat, l’étudiant doit faire la rédaction dans un laboratoire informatique où est installé le programme de surveillance Insight. Des fonctions sont activées pour surveiller les rédactions et limiter les accès à Internet. Les étudiants, en début de session, doivent remettre une clé USB vierge à l’enseignant. Les évaluations sont enregistrées sur cette clé, et demeurent entre les mains de l’enseignant pendant toute la session.
    2. Nous donnons accès à Antidote. Nous enseignons à bien utiliser le logiciel Antidote lors des rédactions en Écriture et littérature. Nous le présentons à la fois comme un outil de correction, mais aussi comme un outil de rédaction, améliorer le style, bonifier le vocabulaire. Les étudiants ont aussi accès aux dictionnaires en ligne accessibles par notre Bibliothèque, soit Le Robert et Le Multidictionnaire. Les autres outils ne sont pas disponibles.
    3. Tous les enseignants sont tenus d’imposer la rédaction à l’ordinateur dans les cours visés par cette mesure.
  2. Seuls les étudiants qui bénéficient des services adaptés peuvent avoir accès à l’ordinateur pour l’EUF.

Caroline Boucher

Cégep de Lévis-Lauzon

  1. Oui, trois professeurs de littérature (Français 101) ont déployé une première version de leur cours en Classe d’apprentissage actif, avec portable. Parallèlement, les étudiants des Services Adaptés doivent avoir des adaptations avec les portables, mais je n’en sais pas plus. *** Les prochaines réponses seront lien avec l’expérimentation en CLAAC par les trois professeurs de littérature. ***
    1. Les portables sont fournis  par le collège, la question de plagiat a été longuement discutée en département. Le logiciel Faronic Insight a permis de contrôler cet aspect lors de situations d’évaluation. 
    2. Les étudiants ont accès à Antidote en situation d’apprentissage et en situation d’évaluation.
    3. Seulement ce groupe de trois professeurs a été dans cette direction. Les étudiants pouvaient donc, lors de la première semaine de cours, changer de professeur pour se retrouver en classe sèche.
  2. Je ne connais pas assez les balises du Ministère pour l’EUF en ce sens.
  3. Nous avons permis aux étudiants, via de courts tutoriels, de pratiquer leur doigté afin d’être efficace en rédaction. Cela a été grandement apprécié pour certains. Autre point intéressant, le temps de rédaction avec un ordinateur, selon les trois professeurs (plus de 120 étudiants en expérimentation), a été le même que celui des étudiants avec papier et crayon.

Gaspésie et des Îles

Karine Deraspe

  1. Oui, dans certains cours de Français et Philo pour tous les étudiants. (Et automatiquement dans les autres cours pour les étudiants SA qui en font la demande)
    1. Ordinateurs du cégep (avec Lanschool pour bloquer internet)
    2. Antidote pour tous
    3. Au choix de l’enseignant
  2. Oui pour les étudiants en SA
  3. Le réseau REPFRAN pourrait surement aussi te donner des informations à ce sujet

International des Marcellines

Alexander Deichman

  1. Les élèves ayant droit à des mesures spéciales rédigent à l’ordinateur avec ou sans Antidote, selon le cas.
    1. Pour le groupe mentionné plus haut, nous fournissons l’ordinateur sans connexion internet.
  2. Oui, à condition que cela fasse partie des mesures appliquées par l’institution pour élèves mentionnés plus haut. Il me semble aussi que nous ne devons plus le déclarer au Ministère (tout en gardant les traces des décisions dans les archives).

ITA – Saint-Hyacinthe

Jacques Lalumière

Réponse de Josée Bourbonnière,

représentante disciplinaire en français et littérature

  1. Non, seuls les étudiants ayant un plan d’intervention peuvent écrire leur texte à l’ordinateur. De plus, il faut que dans ce plan cette mesure soit spécifiée. Ils font alors leur rédaction sous supervision au SAIDE.
  2. Seuls les étudiants ayant un plan d’intervention permettant l’utilisation de l’ordinateur et de logiciels spécifiques à la correction de la langue ou à la lecture peuvent rédiger l’EUF à l’ordinateur. Ils sont pris en charge par le SAIDE.

Nous n’envisageons pas une telle pratique. En bref, nous ne la souhaitons pas. La pratique de l’écriture manuscrite se perd. Avec elle vient une certaine «lenteur» permettant de bien appliquer les accords. La vitesse ronge nos vies; pour une fois qu’on peut prendre le temps de faire les choses…

Lanaudière – Terrebonne

Martin Pelletier

  1. Non (les seules rédactions permise à l’ordinateur sont pour les étudiants du SAIDE)
  2. Outre les étudiants du SAIDE, aucune dérogation n’est acceptée.

Ce n’est pas une pratique envisagée.

Limoilou

Séverine Parent

Réponse complétée par Marie Champagne, coordonnatrice du centre d’aide à la réussite)

  1. Uniquement les étudiants suivis aux services adaptés. (Mes réponses qui suivent font donc référence à la façon dont nous gérons ces cas particuliers, le département de littérature ne souhaitant pas aller dans ce sens.) Une autre exception: un projet pilote dans une classe de renforcement en français.
    1. Non, les ordinateurs utilisés sont ceux des services adaptés avec des accès très limités selon les besoins des étudiants. Certains n’ont accès qu’à Word par exemple.
    2. Encore là, ça dépend des besoins des étudiants selon leurs diagnostics. Certains ont accès à un dictionnaire électronique, à Word Q ou à Antidote (mais sans les hyperliens), d’autres à aucune de ces mesures.
    3. Il s’agit uniquement d’étudiants suivis aux services adaptés. Le département de littérature ne souhaite pas aller dans ce sens. Pour le moment, la seule utilisation des ordinateurs en classe sert à la prise de notes ou pour un travail qui n’est pas évalué.
  2. Seulement pour les étudiants ayant un diagnostic qui l’exige.

Notre-Dame-de-Foy

Valérie Normandin

  1. Dans un projet pilote, les étudiants rédigent et ont accès à Antidote. Il s’agit d’un projet unique et possible uniquement dans le premier cours de lettres, pour encourager l’analyse grammaticale.
    1. Non, ils ne peuvent utiliser que les ordinateurs du laboratoire.
    2. Antidote
    3. Non. Un seul enseignant, à ce que je sache, est présentement visé par le projet.
  2. Il est possible d’avoir une dérogation dans le cas des services adaptés, je crois, mais l’épreuve est majoritairement rédigée à la main.
  3. Le projet est très populaire auprès de la clientèle. Nous étudions présentement son influence sur la compétence des étudiants en français.

Rivière-du-Loup

Annie Pineault

  1. Malheureusement non. Nous utilisons des dictionnaires physiques.
  2. Non, il n’y a pas de dérogation

Saint-Jean-sur-Richelieu

Jules Massé

Avec la contribution de Véronique Faucher (département des lettres) et de Marie-Pier Rivard (SAIDE)

  1. Actuellement, les étudiants inscrits au service adapté et ayant comme mesure d’accommodement l’ordinateur peuvent l’utiliser. Les étudiants ayant une limitation temporaire (poignet cassé, bras cassé) peuvent aussi utiliser l’ordinateur avec une pièce justificative (billet médical). Depuis quelques sessions, les membres du Département des lettres font faire certaines évaluations en classe avec ordinateurs ou à la maison. Les pratiques sont donc très diversifiées au département…
    1. Certains enseignants laissent la possibilité aux étudiants de faire l’évaluation en classe avec leurs ordinateurs personnels ou à la maison tandis que d’autres font faire l’évaluation en classe en version papier. Aucune mesure particulière quant au plagiat. L’enseignant doit vérifier l’authenticité du texte rédigé.
    2. Oui. L’étudiant a accès à tout.
    3. Non! Certains privilégient la version papier. Il s’agit du choix de l’enseignant.
  2. Jusqu’à maintenant, nous n’avons jamais eu à demander de dérogation, alors je ne peux me prononcer à ce sujet.
  3. Il pourrait être intéressant d’offrir l’utilisation de l’ordinateur à des étudiants allophones.

Valérie Lyonnais

Collège Laflèche

avec la collaboration de Marie-Élaine Savard

  1. Non. Tant que l’Épreuve uniforme sera faite à la main, il est entendu que les rédactions se feront toujours à la main dans nos classes. Pour ce qui est des formatifs, ils peuvent être faits à la main ou à l’ordinateur (selon les professeurs, le cadre de réalisation et le fait que des étudiants aient besoin ou non de pratiquer les méthodes d’autocorrection ou non). Mais en général, ils sont aussi faits à la main, dans une optique de cohérence. Les seuls étudiants qui rédigent à l’ordinateur sont ceux ayant des mesures d’accommodement des services adaptés.
    1. Ils ne sont pas autorisés à utiliser leur ordinateur personnel, précisément pour éviter le plagiat ou la tricherie (ex. le recours à de la documentation non autorisée).
  2. Pour l’Épreuve uniforme, les seuls étudiants qui peuvent rédiger à l’ordinateur sont ceux inscrits aux services adaptés avec un diagnostic donné par un professionnel de la santé. L’ordinateur, pour eux, constitue la possibilité d’être «au même niveau» que les autres sans mesures d’aide. 

Nous ne l’envisageons pas, tant que l’ÉUF sera faite à la main. Et si les choses changent de ce côté, alors cela prendra une grande réflexion. Car si l’on souhaite l’équité, il faut s’assurer que tous les étudiants puissent avoir un ordinateur avec correcteur à leur disposition. Le collège n’a pas les moyens de fournir des ordinateurs pour tous. Et dans cette optique, il ne faudrait pas se retrouver dans la situation où les mieux nantis seraient mieux outillés pour réussir une Épreuve qui, par ailleurs, souhaite évaluer de la manière la plus équitable possible les compétences pour tous, quel que soit leur milieu socio-économique…

 

Écrire une réponse