logo Federation cegeps

Recours au logiciel libre dans les collèges

Print Friendly, PDF & Email

Contexte

Notre comité TIC se penche actuellement sur l’utilisation des logiciels libres. En fait, nous faisons une cueillette de données pour nous aider à mieux saisir cet enjeu et en voir la portée à savoir s’il est judicieux de prévoir certains changements ou s’il est préférable de poursuivre avec des logiciels propriétaires à court ou moyen terme.

J’aurais donc quelques questions à vous adresser.

1- Dans votre cégep, est-ce que des logiciels libres ont remplacé des logiciels propriétaires ?

2- Si oui, lesquels ?

3- À quelle échelle des logiciels libres ont-ils remplacé des logiciels propriétaires ? Pour l’ensemble du personnel ? Pour le personnel administratif ? Pour les enseignants ? Pour un groupe témoin ? Etc.

4- Qu’est-ce qui a guidé votre choix ?

5- Comment s’est faite la transition d’un logiciel à l’autre (les principales difficultés rencontrées, les aspects plus faciles) ?

6- Sur quelle période cette transition s’est-elle déroulée ?

7- Avez-vous dû reculer à un moment ? Pourquoi ?

8- Commentaires

Détail des réponses

ÉTABLISSEMENT/REPTIC

RÉPONSES

Abitibi-Témiscamingue
Alain Lozier

1. Oui

2. Plusieurs petits logiciels tels que GIMP, GLPI, Moodle, Scribus, VLC, WinSCP, 7Zip.

3. Pour l’ensemble du personnel

4. $$$

5. Gestion du changement difficile, changement de mentalité sur la qualité des logiciels libres, formation, sensibilisation.

6. Selon le logiciel

7. Oui, fermeture (esprit) des usagés envers le logiciel libre.

Beauce-Appalaches
Annie Vaillancourt

1. Non

Garneau
Alain Marcotte

1. Oui

2. Gimp (Photoshop), Project libre (project),

3. Enseignants et étudiants

4. $$$

5. Gimp – perfectionnement profs, Project libre – guides en ligne

6. Moins d’un an

7. Non, toujours satisfait pour les besoins

Granby
Huguette Dupont

1. Oui, Non

2. J’ai répondu Oui et Non, car j’hésite à conclure qu’on a vraiment remplacé des logiciels propriétaires, c’est discutable et ça évolue tout le temps. Un bon nombre d’outils propriétaires sont encore ancrés dans les habitudes malgré la présence ou la possibilité d’utiliser un outil libre. Par exemple, Gimp est installé sur tous les postes de la pédagogie, difficile de savoir qui s’en sert vraiment, mais Photoshop demeure l’outil de prédilection pour les programmes qui intègrent officiellement des activités de traitement de l’image (Informatique, Arts et lettres, Tourisme, TA). Nous avons validé la possibilité de remplacer Visio par autre chose, pour le moment ça semble difficile. Plusieurs profs utilisent Moodle, mais LÉA demeure l’ENA le plus populaire. Nous avions auparavant Firefox en cohabitation avec IE, mais les services informatiques le retirent et conserveront Chrome. 7Zip est installé sur tous les postes. Nous avions installé LibreOffice en cohabitation avec Microsoft Office, mais avec O365 il a été retiré. VLC est notre lecteur par défaut, sans pour autant remplacer Windows Media qui demeure installé sur les postes. PDFCreator était installé partout, mais avec le passage à Windows10, il sera retiré. FileZilla est installé partout. Nous utilisons WordPress parmi les outils de sites Web. Audacity est installé sur tous les postes de la pédagogie depuis très longtemps, nous n’avons rien remplacé, mais puisque c’est celui que nous utilisons, j’imagine que si on ne l’avait pas, on utiliserait un outil propriétaire.

3. Nous avons installé plusieurs logiciels libres dans les images de base de tous nos postes et certains sur tous les postes de la pédagogie (profs, labos).

4. Instinct, budgets, fonctionnalités, marché du travail…

5. Pas de réelle transition, car cohabitation.

7. On nous rappelle souvent que les outils sont déterminés par leur présence sur le marché du travail (attentes des employeurs). Aussi, il y a la question de l’intégration des outils (ex. : Visio avec les autres outils de la suite Office) et du matériel didactique disponible pour enseigner les outils (livres, aide, etc.). Et si c’est intégré au système d’exploitation, on a tendance à garder ceux de Microsoft pour ne pas surcharger les postes.

International des Marcellines
Alexander Deichman

1. Oui, Non

2. iTalc-Impero, Zimbra-Outlook/Exchange, GIMP-Photoshop

3. L’ensemble du personnel (quand applicable)

4. Les coûts et dans certains cas les options offertes

6. Deux à trois ans

7. Malheureusement, dans tous les cas de remplacement (sauf Zimbra-Outlook), nous sommes retournés vers les solutions propriétaires pour des raisons associées à la stabilité, la facilité d’utilisation et la popularité de la solution propriétaire versus la solution libre. Toutefois, nous avons plusieurs autres petits logiciels libres qui accomplissent très bien leurs tâches et qui vont rester sur nos postes.

Lanaudière – Joliette

Martin Richard

1. Oui

2. Gimp, project libre, etc.

3. Surtout chez quelques enseignants.

4. La disponibilité gratuite pour les étudiants.

5. Pas de difficulté majeure à partir du moment où les enseignants ont adopté ces logiciels.

6. Moins d’un an

7. Non.

LaSalle
Lucie Delhomme

1. Non

Saint-Jean-sur-Richelieu
Stéphane Gagnon

1. Oui

2. 7-zip, VideoLan Media Player, PSPP, Oracle Virtual Box, etc

3. Outils systèmes : Tous. Logiciels spécialisés : Ciblés

4. Rapport qualité/prix, changement de politique des propriétaires de licences

5. Outils périphériques au SE : Changement imposé, formation disponible, support disponible. Outils spécialisés : Support aux demandes de transfert.

6. Dépend du niveau de complexité de l’application

7. Non. Le service informatique encourage les initiatives départementales/service mais ne les force pas (sauf outils).

8. Les principaux freins au changement : expertise et intégration des outils existants, méconnaissance des coûts et des stratégies des fournisseurs propriétaires.

Bonne chance 🙂

Sherbrooke
David Laplante

1. Oui

2. Moodle, HotPotatoes, Cmap, Geogebra, Paint.net, Firefox, etc.

3. Pour l’ensemble du personnel

4. Les analyses et les échanges entre le CP TIC, les profs et le STI

5. Fonctionnement parallèle pour certains, alors qu’ajout de service pour d’autres

6. Ça dépend, cas par cas.

7. Pas pour l’instant, mais dans le cas de Cmap, le logiciel n’évolue pas aussi vite que les nouveaux services gratuits (mais pas libres) en ligne et en applis.

Vieux Montréal
Daniel Bourry

1. Non

Écrire une réponse