logo Federation cegeps

Recherche d’un outil pour situer les compétences numériques des étudiants dans les programmes

Contexte

Dans le but de développer efficacement les compétences numériques des étudiants, nous cherchons un outil nous permettant de situer leurs compétences à ce sujet pour en établir un diagnostic.

Que l’étudiant réponde à un questionnaire dans lequel il situe sa capacité à utiliser des logiciels sur une échelle, par exemple, n’est pas ce que nous recherchons car l’étudiant aura parfois tendance à surestimer ou à sous-estimer son degré. Ainsi, nous souhaitons connaitre ce qui existe déjà pour mesurer le degré de compétence des étudiants avant de développer quelque chose qui a déjà été éprouvé et qui fonctionne bien.

Questions

Alors, si vous connaissez un tel outil, que vous l’avez expérimenté, nous aimerions savoir :

1) Quel est-il et comment se le procurer?

2) De quelle manière vous l’avez administré?

3) Votre appréciation de cet outil?

4) Quelles modifications apporteriez-vous à celui-ci?

Détail des réponses

ÉTABLISSEMENT/REPTIC

RÉPONSES

Centre de documentation collégiale
Isabelle Laplante

Pour ajouter aux initiatives actuelles d’outils pour évaluer les habiletés/compétences TIC et informationnelles, je propose de regarder les initiatives du passé, qui ont assurément des éléments pertinents à reprendre ou à pousser plus loin.

Par exemple, dans la même lignée que le projet de Brébeuf, le projet de « Certification TIC et biblio » du Collège Gérald-Godin qui « utilisait » Moodle. Voici un résumé de cette initiative.

Et le projet interordres « Projet Certitude », qui utilisait également Moodle :

Enfin, le cégep de Chicoutimi a déjà mené une étude longitudinale, sur les étudiants du secteur techniques et ceux du régulier :

Les compétences en recherche documentaire, lecture et TIC chez les étudiants du collégial dans le secteur technique [Rapport de recherche], 2008.

Les compétences en recherche documentaire, lecture et tic chez les étudiants du collégial dans le secteur préuniversitaire [Rapport de recherche], 2006.

Les compétences en recherche documentaire, lecture et TIC chez les étudiants du collégial [Rapport de recherche), 2005.

Collège Jean de Brébeuf
Jean Allard

À Brébeuf, nous donnons des formations en TIC depuis de nombreuses années et les étudiants peuvent être exemptés de cours s’ils réussissent des tests en situation réelle de production avec les logiciels Word et Excel. 

Les tests sont corrigés automatiquement par un logiciel : le CorrecteurTIC. Cet outil donne également à l’étudiant, en mode de production de travaux pratiques, un résultat détaillé sur chaque élément qui est évalué. La partie d’analyse des productions avec Word pourrait être améliorée, mais ce logiciel corrige bien ce que la majorité des utilisateurs sont appelés à faire avec un logiciel de traitement de texte.

Fédération des cégeps
Nicole Perreault

Je n’ai pas d’outil à proposer, mais les travaux sur le badge numérique nous ont permis d’établir des critères de performance pour chaque habileté et objectif du Profil TIC des étudiants. Pour certaines habiletés et objectifs, nous avons également établi des modalités d’attribution.

Voici le lien vers le dossier Badge numérique (Google Drive) :

Ces documents pourraient peut-être être utiles pour avoir une idée de ce qu’il faut mesurer en matière de compétences numériques.

Huguette Dupont
Granby

Nous n’avons pas d’outil pour établir un tel diagnostic. Ça fait toutefois partie des nombreux projets associés aux compétences numériques des étudiants que nous voulons mettre de l’avant (celui-ci est dans notre plan TIC institutionnel), mais que nous avons dû mettre de côté, faute de ressources. Souhaitons que le plan d’action numérique nous aide à remettre ces projets sur le plan de travail.

Sherbrooke
David Laplante

1) J’avais construit un outil d’autoévaluation il y a quelques années.

2) Diffusion Omnivox à la rentrée 2014.

3) Le processus a amené diverses réflexions sur leur autoévaluation, mais demeure ce que c’est : une autoévaluation. Il ne mesure pas concrètement leurs compétences réelles, plusieurs surestiment celles-ci.

4) Avoir du temps, j’élaborerais un outil plus long, et mettant davantage à l’épreuve leurs compétences, mais je manque de temps, et un questionnaire plus long me ferait recevoir beaucoup moins de réponses, donc ne serait plus localement représentatif (et considérant notre concentration de collèges privés élevée à Sherbrooke, j’estime essentiel de bien cerner notre hétérogénéité).

Écrire une réponse