logo Federation cegeps

Numériseurs 3D

Contexte

Recherche de modèles de numériseurs 3D pour numériser des personnes et objets de différentes grosseurs.

Questions

  1. Quelles marques/modèles de numériseurs 3D utilisez-vous ?
  2. Êtes-vous satisfait du numériseur ?
  3. Quels sont les avantages de l’appareil ?
  4. Quels sont les inconvénients/limites de l’appareil ?
  5. Avez-vous d’autres suggestions de numériseur ?

Voici ce que nous utilisons actuellement au cégep Édouard-Montpetit :

Q1. Nous utilisons déjà le David SLS-3 pour des projets en physique, mais les étudiants ont eu du mal à obtenir des résultats satisfaisants. Nous utilisons aussi le D2000 de la compagnie 3Shape pour numériser des modèles dans le domaine dentaire.

Q2. Non, car le David SLS-3 est complexe à utiliser. Et le D2000 ne fait que de petits objets et il n’est pas disponible à toute la communauté du Cégep.

Q3. Les fichiers obtenus par le David SLS-3 étaient plus précis que ceux provenant de la photogrammétrie.

Q4. La qualité de l’éclairage est une donnée importante à considérer. Il est préférable d’utiliser le David SLS-3 avec une installation fixe et la calibration prend un certain temps à être réalisée. Le système n’est pas à la portée de tous.

Q5. Pas pour l’instant. 

Actions à la suite de cet appel à tous

À la suite de l’appel à tous, nous avons exploré trois technologies, soit la photogrammétrie, la lumière structurée et la triangulation laser. Les modèles qui ont été étudiés sont :

  • Academia de Creaform
  • Go!SCAN 50 de Creaform
  • Kinect avec adaptateur pour PC
  • Ciclop de BQ et Horus
  • Sense Scanner de 3D Systems
  • TRIOS de la compagnie 3Shape

Nos besoins en numérisation sont :

  • Numériser des objets de tailles différentes : 1 cm cube et +;
  • Numériser des personnes, des parties de corps (tête entière);
  • Prendre des mesures sur les scans (ex. prendre la distance entre les deux yeux) à l’aide du logiciel CAO;
  • Exporter le scan vers un logiciel qui nous permettra d’imprimer le modèle en 3D (idéalement en STL ou OBJ).

Les technologies et modèles de numériseurs seront présentés au comité d’usagers (professeurs, CP, directions, techniciens en travaux pratiques) dans l’optique d’explorer le tout et éventuellement de faire l’acquisition d’un ou de plusieurs équipements. 

Détail des réponses

ÉTABLISSEMENT/REPTIC

RÉPONSES

Alma
Annie Bouchard

Q1. Au département Arts visuel et numérique, depuis 4-5 ans, un numérateur 3D qui utilise un iPad. Le département s’en sert surtout pour scanner les étudiants, pour imprimer des bustes en 3D, mais ce n’est malheureusement pas un appareil très précis : on parle quand même d’un truc à 300 $…

Le Modèle Skanect, fait par Occipital (ils offrent maintenant une version autonome fonctionnant sur Win ou Mac 400-500 $).

Q2. Pour le prix, nous sommes satisfaits, mais il ne peut pas servir pour de très petites pièces en haute résolution, il est efficace pour scanner des personnes ou objets de plus de 4 po x 4 po, et des environnements avec les textures.

Q3. Le modèle que l’on a se pose sur un iPad donc facile d’utilisation et de démonstration (travail visible à l’écran); exporte en .obj.

Q4. Structure sensor, uniquement compatible avec iPad, il faut envoyer les modèles par courriel, car impossible de brancher une clé USB sur iPad…

Q5. Malheureusement, nous n’avons pas beaucoup fait de recherches en ce sens, mais je pourrais dire 3D Systems et Creaform (plus dispendieux, je crois). 

Pour référence François Guérir, technicien en AVN.

Garneau
Alexandre Dal-Pan

Q1 à Q5. Nous n’avons rien de tel encore chez nous malheureusement, mais je peux t’orienter vers une compagnie qui produit ce type de produits et qui est reconnue dans le monde entier pour la qualité de ces appareils : CRÉAFORM 3D. Ils ont un plan « éducation » assez intéressant et qui reste quand même abordable (environ 15 000 $ pour un numériseur 3D, incluant le service technique tout inclus pendant 5 ans) pour un cégep ayant un plan stratégique à long terme avec ce type d’approche technopédagogique.

Sherbrooke
David Laplante

Nous avons essayé le scan pour iPad il y a quelques années… je le trouvais intéressant pour nos besoins initiaux…

  1. Structure Sensor
  2. Globalement, oui, mais il ne répondrait pas à des standards de précision industrielle.
  3. Léger, ultra compact, se fixe sur un iPad, plus abordable, facile d’utilisation pour différents programmes.
  4. Limites au niveau de la précision industrielle. C’est nous qui avons à numériser, et non une machine fixe. On doit prévoir le modèle précis du iPad afin d’acheter le bracket adapté à celui-ci (donc, si on change le iPad pour un nouveau modèle, on doit changer le bracket).

Réponses complémentaires

ÉTABLISSEMENT

RÉPONSES

ARC – Fablab de l’Université Laval
Louis-Philippe Leduc

Le Fablab a en sa possession un iSense 3D par 3D Systems. Pour fonctionner, ce scanneur doit se brancher avec un iPad. Il peut modéliser des petits objets et des têtes. 

Fablab de Brossard
Maxime St-Jacques Couture

Q1. NextEngine.

Q2. Pas satisfait des résultats.

Q5. Nous regardons la possibilité d’acquérir un EinScan.

 

Écrire une réponse