logo Federation cegeps

Murs inscriptibles effaçables à sec

Print Friendly, PDF & Email

Contexte

Petit besoin tout simple et pas techno du tout, mais tout de même rattaché à nos fonctions de REPTIC. Nous avons des projets d’aménagement de locaux à court et moyen terme. Mon équipe et moi avons été séduits par le potentiel des murs inscriptibles (peinture spéciale sur laquelle on peut écrire avec des feutres pour tableau blanc). C’est une solution intéressante lorsqu’on choisit des téléviseurs plutôt que des projecteurs, ou pour annoter au feutre par-dessus une projection. Les profs aiment l’idée de ne pas être limités en surface. Quelques collèges ont ce type de surface. J’ai quelques questions pour vous, puisque les ressources matérielles ont des réserves et on ne veut pas manquer notre coup.

Questions

  1. Depuis combien de temps avez-vous cette solution chez vous?
  2. Est-il arrivé depuis que vous utilisez cette solution que des étudiants ou profs aient tenté d’écrire sur des murs de classe qui ne sont pas inscriptibles et effaçables?
  3. Si c’était à refaire, le referiez-vous?
  4. Quels feutres utilisez-vous?
  5. Est-ce bien lisible?
  6. Est-ce facilement effaçable?
  7. Est-ce durable (à quelle fréquence doit-on peinturer à nouveau)?
  8. Est-ce dispendieux? Quel est le coût?
  9. Marque et fournisseur?
  10. Votre solution est-elle magnétique (peut-on utiliser des aimants)?

Actions à la suite de cet appel à tous

Puisque la satisfaction dans les collèges qui utilisent ce type de produit est inégale, que ça peut parfois s’avérer complexe et que les conditions n’étaient pas réunies chez nous pour l’utiliser dans les deux locaux ciblés (murs formés de carreaux de béton qu’il aurait fallu recouvrir de gypse), nous avons opté cette année pour des tableaux blancs traditionnels de porcelaine. Aussi, j’ai été refroidie par les propos d’un fournisseur de projecteurs interactifs qui nous a mentionné que les murs doivent être si parfaits (pente, bosses) pour que les fonctions tactiles d’un projecteur interactif fonctionnent que généralement ils installent un tableau blanc (il faudra creuser la question). Nous comptons toutefois faire des essais dans la prochaine année, par exemple dans un local de réunion et à la cafétéria. Pour ma part, j’avais ciblé la gamme Rust-Oleum qui propose une peinture effaçable à sec, mais aussi un apprêt magnétique. Aussi, un des peintres que nous embauchons a proposé une solution au coordonnateur des ressources matérielles (je ne connais pas la marque). Bref, nous poursuivons notre réflexion et je pourrai faire un suivi à la liste REPTIC si nous allons de l’avant.

Détail des réponses

ÉTABLISSEMENT/REPTIC

RÉPONSES

Collégial international Sainte-Anne
Jean Desjardins

  1. Oui
  2. Des feutres traditionnels.
  3. Oui
  4. Relativement facile.
  5. Nous n’avons pas encore eu à repeinturer. Ce n’est pas prévu non plus.
  6. Je crois me souvenir que oui. Quelque chose comme 150$/ le petit contenant.
  7. Brault et Bouthillier

Note Huguette : Pour votre info, j’ai contacté Brault et Bouthillier et leur peinture inscriptible est discontinuée. Dommage, puisque ce collège est satisfait du produit.

Drummondville
Geneviève Lizée

  1. 18 mois.
  2. Non, seulement une classe est équipée de ce type de tableau.
  3. Oui, mais il faut s’assurer que le mur de gypse est impeccable, car chaque défaut parait (ex. : joint). Il faut aussi s’assurer que le local ne sera pas modifié, car on perd l’investissement.
  4. Expo et idealpaint, ceux qui puent de préférence 😉
  5. Oui.
  6. Oui, mais ce ne fut pas le cas, le premier coup. L’application de la couche de peinture doit se faire dans les bonnes conditions. En bonne quantité selon les pieds carrés à couvrir. Voir commentaires plus bas.
  7. Garantie de 10 ans, pas besoin de repeindre si c’est utilisé de la bonne façon.
  8. Environ 1450$ pour 300 pieds carrés (4.8$/pi2) – sensiblement le même coût qu’un tableau blanc. (Note Huguette: tableau blanc de 16’ avec moulures ~550$ et 12’ ~450$ donc 72-80 pieds ~ 2700$).
  9. Levey, marque IdeaPaint, c’est la peinture IdeaPaint Create White.
  10. Non, mais le type tapisserie peut être aimanté. Nous c’est une peinture, sur laquelle on peut projeter.

Nous avons dû repeindre les murs 3 fois, pour différentes raisons. Nous sommes un des rares établissements hors Montréal qui a utilisé le produit. Nous avons fait affaire avec un peintre local, qui ne connaissait pas le produit, et ce ne fut pas facile. Il y a une méthode très spécifique pour appliquer le produit. Si ce n’est pas respecté, les marques de crayons vont rester. Levey a repayé le produit, et est venu former le peintre en question. Cette fois, nous avons essuyé les murs avec du nettoyant à tableau Expo, et ceci n’est pas un bon produit recommandé par Levey. En s’accumulant, il laisse un corps gras et emprisonne l’encre. Encore une fois, les marques de crayons sont restées au mur sous forme de fantômes, impossibles à essuyer. Levey a retravaillé leurs recommandations et a repayé à nouveau la peinture, et sont venus assister à l’installation. Depuis ce temps, c’est parfait. On essuie avec de l’eau et plusieurs étudiants peuvent écrire en même temps sur le mur, car la surface est immense. Levey ont fait un travail exceptionnel pour nous satisfaire et garantir leur produit.

Saint-Hyacinthe
Gilles Boulanger

  1. Depuis l’automne 2013
  2. ?
  3. NON. Les profs nous disent que ce n’est pas la meilleure solution.
  4. EXPO, mais il ne faut pas utiliser de feutre noir par exemple, idéalement du bleu ou du vert. Avoir une efface molle, mais cela laisse des résidus.
  5. OUI
  6. NON. Plainte des profs, cela s’efface mal, obligé d’utiliser des lingettes EXPO pour effacer.
  7. Nous avons une tapisserie, on envisage mettre un tableau blanc classique.
  8. Moins cher qu’un tableau blanc
  9. Nous avons choisi la même solution qu’à McGill chez Metro Papiers peints. http://www.koroseal.com/walltalkers/
  10. NON

Sherbrooke
David Laplante

  1. Depuis 2014 dans le cas du local aux murs peinturés.
  2. Euh, non jamais. La première fois, le prof doit préciser que les murs sont faits pour être crayonnés. La démarcation est claire entre la zone inscriptible et celle non inscriptible. Néanmoins, on doit installer des moulures afin d’arrêter les mouvements de bras, parce que les traits débordent parfois.
  3. Quant à moi, oui, quant au Service du bâtiment, non, parce que ça sort de leur zone de confort, c’est marginal, et ils n’aiment pas toucher à ce local, même pour le finaliser (on attend toujours les moulures). Ils préfèrent investir sur des tableaux blancs de porcelaine, jugés moins fragiles.
  4. Après beaucoup d’explorations personnelles, je recommande maintenant fortement Quartet et Bic. Très faible odeur, et d’une simplicité stupéfiante à effacer, même après un mois de séchage. Cette recommandation est générale, donc tant pour tableaux blancs que pour murs. Le choix d’efface est aussi important. Les petites effaces de marque Bureau en gros valent la peine, sinon les longues aussi, en raison de leur feutre. Celles minimalistes en foam avec du petit poil synthétique effacent toujours très mal.
  5. Autant qu’un tableau blanc! Et avec les Quartet et Bic, encore mieux, puisqu’ils sont à encre liquide, et non à feutre.
  6. La peinture effaçable sur murs de plâtre est complexe, puisqu’il y a, malgré tout, un petit relief, donc de petites cavités qui ne s’effacent pas aussi bien.
  7. Relativement, oui, mais plus fragile qu’un tableau blanc. Trois réparations (plâtre et peinture) depuis 2014 (vandalisme).
  8. On estime un tour de local à 500$ de peinture effaçable. 50$ la petite pinte, on parle donc de quelques centaines de $ au lieu de près de 4000$ pour aussi grand de surface.
  9. Rust-Oleum chez Home Depot
  10. Non, cette compagnie faisait à l’époque trois types distincts de peinture: ardoise noire à craie, blanc effaçable à sec, et métallique aimanté.

L’avantage de la peinture, c’est que c’est d’un coin à l’autre, ça passe autour des obstacles, tu peux peinturer sur la grosse colonne de 2 pieds de large, alors qu’avec les tableaux blancs, tout est calculé en longueurs de 8′ ou 16′, parfois en 4′, et le moindre obstacle en relief (colonne) exclut l’installation du tableau là… Le plus gros défi, quant à moi, c’est de s’assurer de l’entretien régulier. Les jeunes aiment bien écrire directement sur les murs, vraiment!

Thetford
Éric Cloutier

On l’a déjà testé. Pas très satisfait du résultat. Difficile à entretenir. Ça reste sale. Peut-être que notre peinture n’était pas de bonne qualité.

Écrire une réponse