logo Federation cegeps

Logiciels de reconnaissance vocale

Contexte

J’ai dîné avec une amie et elle me racontait ses aventures dans la rédaction de son mémoire de maîtrise. Elle est rendue à l’étape de l’enquête de terrain. Elle doit rédiger des verbatim. Je ne sais pas si vous avez déjà écrit ça, mais ça peut être long pas à peu près!

Questions

Je voudrais savoir s’il y a des outils technologiques de disponibles pour faciliter cette rédaction. Une application qui enregistre et rédige le verbatim. Si oui, pouvez-vous me les indiquer svp?

Actions suite à cet appel à tous

Conclusion : Nuance Dragon Naturally Speaking obtient une majorité des votes.

Détail des réponses

ÉTABLISSEMENT/REPTIC

RÉPONSES

Cégep à distance
Nathalie Bastien

Les logiciels qui font du verbatim sont loin d’être parfaits. Ce qui se fait dans plusieurs domaines, c’est de confier cette tâche à un professionnel. C’est souvent moins cher qu’on pense, si on pense qu’on passe des jours à faire ce qu’un professionnel équipé d’une pédale spéciale, notamment, peut faire en quelques heures.

Centre collégial de soutien à l’intégration (CCSI)
Roch Ducharme

Plusieurs facteurs sont à considérer lors de la transcription ou de la dictée vocale :

  • Qualité sonore (micro-casque) * très importante
  • Vitesse d’élocution
  • Accent linguistique

Les deux meilleures options sont Dragon Naturally Speaking et Siri de Apple (je n’ai pas d’expérience avec Cortana de Microsoft). Google Docs permet également une saisie vocale si les paramètres linguistiques choisis sont ceux de « Français (France) ».

ÉNPQ
Jean-Sébastien Brouard

Les solutions logicielles de Nuance (Dragon et autres applications) devraient pouvoir faire le travail.

Jean-de-Brébeuf
Jean Allard

Le logiciel de reconnaissance vocale Dragon de la compagnie Nuance était nettement le plus évolué.

Matane
René Bélanger

Google Docs avec l’outil micro :

Intéressant d’utiliser OneNote qui permet de synchroniser la voix des participants avec nos notes. Facile après de faire le verbatim de l’entrevue.

Saint-Hyacinthe
Gilles Boulanger

La firme Nuance avec son logiciel Dragon Naturally Speaking.

Sherbrooke
David Laplante

Pour l’option PC : SpeakQ demeure intéressant évidemment, sinon Sinal, ou Express Scribe, qui offrent tous deux des solutions gratuites et payantes.

Si elle opte pour la technologie mobile, les iPhone et iPad peuvent profiter de Siri et de certaines applis, mais Android profite également d’un important choix d’outils de « Dictée vocale ».

Je précise que les enregistreurs numériques sont souvent dotés d’un logiciel de compagnie qui transcrit également le matériel audio enregistré.

VTÉ
Christophe Reverd

Bien qu’il existe des logiciels pour traiter la masse d’information issue des entrevues, je ne suis pas allé jusque-là. J’ai préféré faire toute l’analyse et sa gestion manuellement. C’est-à-dire sans utiliser QDA Miner, NVivo, etc. (de mémoire).

Chaque entretien a tout d’abord été enregistré dans un document audio (mp3, 44,1 kHz, 192 — bits, stéréo) à partir d’un ordinateur PC/Microsoft Windows 7 et les logiciels Skype (v6.16.0.105) et iFree Skype recorder (v6.0.6).

Le produit de cet enregistrement a ensuite été retranscrit manuellement avec le logiciel InqScribe (v2.2.1.253) Ce dernier logiciel permet d’accélérer la lecture des enregistrements, de revenir tout en se repositionnant quelques secondes avant la marche arrière. Il contient aussi des raccourcis pour le contrôler sans quitter le clavier ou le moins possible

 

Écrire une réponse