logo Federation cegeps

Implantation de livres numériques

QUESTIONS

Dans le cadre d’un projet d’implantation de livres numériques dans notre Collège, je fais appel à la liste REPTIC afin d’avoir un retour sur vos expériences.

  • Utilisez-vous des livres numériques dans votre Collège? Si oui, pour quel(s) programme(s)?
  • Quelles en sont les modalités de diffusion (catalogue en ligne de la bibliothèque, liens depuis une plateforme en ligne du type Moodle ou Omnivox, intégration dans les tablettes tactiles distribuées aux étudiants…)?
  • Ces livres sont – ils en consultation uniquement ou en vente?
  • Sont-ce des livres obligatoires ou uniquement des livres de référence?

DÉTAIL DES RÉPONSES

Établissement/REPTIC Réponses

Abitibi-Témiscamingue
Marie-Josée Tondreau

Nous utilisons des livres numériques en soins infirmiers, via la plateforme en ligne ERPI. Ces livres, obligatoires, sont en vente.

Ahuntsic
Lisa Tremblay

Réponse d’Anne-Gaëlle Habib

Oui, mais peu pour le moment. Les programmes concernés sont génie civil et mécanique du bâtiment. Lorsque les enseignants le souhaitent et que le document est disponible, alors nous le prenons en numérique.

Sont-ce des livres obligatoires ou uniquement des livres de référence? Je n’ai pas cette information.

Baie-Comeau
Stéphanie Coll et Émilie Dupras-Langlais

Nous n’avons pas de livres numériques pour un programme en particulier. Nous avons accès à des livres numériques par la plateforme ebrary.

Nous avons accès à la collection canadienne-française. Il s’agit d’une plateforme en ligne disponible à partir du site Web qui peut être utilisée sur place.

Les livres peuvent être consultés sur place et ils peuvent être téléchargés en utilisant Adobe Digital Edition.

Il s’agit de livres sur différents sujets qui pourraient faire partie de la collection régulière, s’ils étaient des documents physiques. Il s’agit de la collection canadienne-française de ebrary. Il s’agit essentiellement de documents qui sont pour l’utilisation académique. Les livres proviennent des maisons d’édition suivantes en majorité :

  • Les Éditions XYZ
  • Les Presses de l’Université Laval
  • Les Presses de l’Université de Montréal
  • Les Presses de l’Université du Québec

École nationale de police du Québec
Jean-François Dragon

À l’ÉNPQ nous sommes tout proches d’entamer la production formelle de nos propres livres numériques (nommés ici « Précis de cours multimédias »). Ces documents seront produits sur une base de « Responsive design » en HTML5 et accessibles en ligne via Moodle ou via notre portail de bibliothèque.

Comme il s’agit de productions de l’ÉNPQ, nous ne prévoyons pas les vendre dans la plupart des cas. Ils seront pour la plupart diffusés à nos clientèles comme outil de soutien à l’apprentissage. Évidemment, il s’agit de thématiques très ciblées liées à la formation policière.

Lionel-Groulx
Ghislaine Laurin

Nous avons des livres numériques, mais ce n’est pas très répandu. C’est à la discrétion du personnel enseignant. Certains enseignants les interdisent tout simplement pour divers motifs. D’autres les utiliseraient s’il y en avait en français, mais les livres numériques pour leur discipline sont uniquement disponibles en anglais.

En mathématiques (Sciences de la nature), ils ont commencé à les utiliser en combinaison avec la version papier et un outil de la maison d’édition ERPI disponible en ligne. (En calcul intégral, il est obligatoire sous format papier et tous les élèves y ont donc accès en numérique aussi.)

En chimie (Sciences de la nature), certains enseignants les utilisent, mais avec la version papier. (Les étudiants ont le choix d’utiliser ou non la version électronique.)

En philosophie (formation générale), au moins un enseignant utilise des livres numériques pour les cours Philosophie et rationalité et L’être humain. Dans les deux cas, il s’agit de plateforme numérique / en ligne (des éditeurs). Les deux livres sont obligatoires (et vendus en librairie).

Leur utilisation étant à la discrétion du personnel enseignant, les modalités de diffusion sont principalement celles qu’ils choisissent.

Toutefois, voici la situation à la bibliothèque du Collège. Nous avons souscrit cette année (2013-2014) à une base de données qui nous permet de consulter en ligne ainsi que de télécharger des livres numériques, Ebrary de Gibson – Bibliothèque numérique canadienne-française. Ce sont principalement des ouvrages en français de presses universitaires québécoises ou canadiennes. Notre responsable à la bibliothèque a fait quelques publicités par mémo aux coordonnateurs. Selon les statistiques consultées, très peu de téléchargement a pu être fait, mais les documents sont consultés. Nous n’avons pas fait l’intégration des notices bibliographiques à notre catalogue. À la lumière des statistiques d’utilisation, il n’est pas certain que nous allons poursuivre l’abonnement l’an prochain.

À la bibliothèque, ils sont en consultation. Pour le reste, ils sont achetés par les étudiants (la plupart du temps en version papier et la version électronique est incluse).

Saint-Félicien
Bernard Gagnon

Oui. Certains professeurs utilisent des livres numériques, notamment en physique et en techniques administratives. Ce sont des livres obligatoires. En physique, le professeur utilise aussi les technologies mobiles en complément (iPad, iPod touch ou téléphones intelligents des étudiants).

Saint-Laurent
Jessika Vigneault

Réponses des bibliothécaires Jean-Philippe Bourdon et Julie Larocque

Nous utilisons ebrary (collection numérique canadienne, volet francophone) et cet été – si on nous accorde les sous – cairn.info (ouvrages collectifs et encyclopédie de poche), près de 3 000 titres en français en ce moment, un peu plus de 6000 titres cet été si tout va bien. Bibliopresto n’est pas adapté à nos besoins, ni à notre clientèle.

Modalités de diffusion

  • catalogue en ligne de la bibliothèque, redirection vers la base
  • accès suite à une recherche exécutée directement dans la base de données
  • streaming principalement avec possibilité de téléchargement pour consulter hors connexion.

Ces livres sont en consultation seulement, nous n’avons pas activé la fonction PDA (Patron Driven Acquisition, qui permet à l’usager de commander un livre que nous n’avons pas via le catalogue) et ne l’activerons probablement jamais, car nos budgets ne nous le permettent pas.

Ces livres sont un complément à notre collection imprimée. La base contient des livres que nous n’achèterions pas (trop onéreux, trop spécialisés) et des livres dont nous achetons quand même la version imprimée (le numérique devient alors une autre manière d’accéder à du contenu). Précisons que notre collection de livres numériques comporte très peu de romans et aucun manuel de cours. Étant donné que nous payons un abonnement à une/des base(s) de données, nous ne choisissons pas chacun des livres auxquels nous avons accès, mais nous avons la liberté de mettre en valeur ceux qui sont les plus intéressants. Ce qui motive notre abonnement à une base plutôt qu’une autre est l’ensemble des collections auxquelles celle-ci donne accès. Nous avons choisi ebrary pour les presses universitaires québécoises et Cairn.info pour obtenir la dernière édition de la plupart des Que sais-je, les ouvrages de la collection Repères, des Édition La Découverte, de la collection Autrement, etc.

Stanislas
Alain Salvagniac

Nous utilisons des manuels numériques pour certains niveaux en mathématiques et en histoire-géographie. Comme nous avons un programme français, ces manuels viennent des éditeurs Hachette et Nathan. Ce sont des versions téléchargeables que nous installons sur des machines virtuelles. Nous fournissons ensuite une clé USB avec le manuel aux enseignants qui doivent l’utiliser. Nous n’utilisons que la version « enseignant » pour le moment.

Vieux Montréal
Daniel Bourry

Une compilation a déjà été faite, entre autres, sur les livres numériques, en 2013 par le REBICQ (Regroupement des bibliothèques collégiales du Québec).

Pour notre part, nous avons uniquement des accès à des encyclopédies en ligne. Il y a aussi de l’info sur trois éditeurs dans la zone biblio du CCSR. Pour le reste, je ne suis pas au courant si des enseignants en utilisent.

Écrire une réponse