logo Federation cegeps

Gestion de simulation vidéo

QUESTION

Au Campus Notre-Dame-de-Foy, plusieurs enseignants demandent aux étudiants de faire des simulations filmées. Ces derniers doivent par la suite les réécouter pour s’évaluer. Les enseignants ne veulent pas que ces vidéos se retrouvent sur YouTube. Ils sont donc à la recherche d’un outil qui permet la lecture des vidéos sans que les étudiants puissent les copier et les partager dans les réseaux sociaux. Connaissez-vous un tel outil? Connaissez-vous une façon de procéder qui rendrait cela possible?

ACTIONS SUITE À CET APPEL À TOUS

Les enseignants de sciences humaines vont utiliser Moodle pour publier les simulations des étudiants.

DÉTAILS DES RÉPONSES

ÉTABLISSEMENT/REPTIC RÉPONSES

DECclic
François Lizotte

Le problème dans la diffusion en ligne, c’est qu’on ne peut pas empêcher les utilisateurs de repiquer la vidéo. Il y a des applications qui permettent de le faire. Sinon, il y a toujours la capture d’écran qui est pas mal à la portée de tous.

Même le fameux Snapchat peut être déjoué. Tout repose alors sur l’éthique.

On peut toutefois limiter l’accès à ses vidéos, question de rendre le partage un peu plus difficile.

Avec YouTube, la vidéo peut être privée, mais il faut alors gérer les droits, donc s’assurer que tous ont un compte. C’est assez lourd.

Avec un compte Vimeo payant (version plus ou pro), on peut limiter la diffusion d’une vidéo à un domaine. Par exemple, n’autoriser la diffusion qu’à partir de Moodle, où la vidéo sera intégrée.

Des outils comme Kaltura ou Mediacore peuvent aussi permettre de restreindre la diffusion. Mediacore est compatible LTI. On peut donc partir d’un environnement comme Moodle et forcer l’authentification dans Mediacore. On combine donc l’avantage d’une diffusion privée avec l’authentification simplifiée.

Ellis
Élise Gamache-Bélisle

Je sais qu’il est possible de définir le niveau de visibilité d’une vidéo sur YouTube, c’est-à-dire qu’il est possible de la rendre complètement publique, non répertoriée ou privée. Grâce à ces options, il est possible de contrôler qui fait quoi avec quelle vidéo.

Jonquière
Manon Lessard

À moins que je me trompe, il me semble que les capsules vidéo placées dans Moodle ne peuvent pas être copiées. Encore faut-il que vous utilisiez Moodle ;-)!

Saint-Hyacinthe
Gilles Boulanger

Nous utilisons Moodle comme support afin de déposer les vidéos que l’on peut lire seulement. Il faut les mettre en mode intégrer et cela fonctionne.

Trois-Rivières
Chantal Desrosiers

Nous utilisons Moodle pour ce mode de diffusion en remise de devoirs. L’enseignant ajoute la vidéo en lien URL dans le cours.

Victoriaville
Lorraine Ouellet

C’est une bien belle expérience que tes enseignants font vivre à leurs étudiants! Ici, en éducation spécialisée, mais aussi dans d’autres programmes, après avoir expérimenté bien des méthodes, nous utilisons maintenant YouTube. Eh oui!, YouTube, mais en mode non répertorié. Le mode non répertorié signifie que seule la personne à qui tu transmets le lien peut voir la vidéo et cette vidéo n’est pas indexée par les moteurs de recherche. Les étudiants deviennent donc responsables du lien de la vidéo qu’ils ont publié et à qui ils le transmettent. De cette façon, ils peuvent faire eux-mêmes toutes les manipulations nécessaires : création de la vidéo, montage, publication sur le web avec le bon mode puis la communication du lien. Le lien demeure disponible pour le visionnement n’importe où, n’importe quand, et ils peuvent tout effacer quand c’est terminé.

Il y a près de 3 ans que nous utilisons cette façon de faire avec les étudiantes en éducation spécialisée et je n’ai jamais entendu parler de problèmes. Il faut bien responsabiliser les étudiantes, mais elles sont de plus en plus conscientes des dangers reliés à la publication sur le web.

Et en prime (je mets mon chapeau de répondante TIC qui siège sur l’équipe du Profil TIC), tu participes au développement d’habiletés TIC telles que la 3. Présenter l’information et la 4. Travailler en réseau.

Haut de page

Écrire une réponse