logo Federation cegeps

Plagiarism and cheating in labs

This resource is in French. For a translation in English, please contact us.

Contexte

Un département de sciences de notre cégep souligne une hausse importante du nombre de cas de tricherie et de plagiat (entre les pairs) dans la rédaction des rapports de leurs laboratoires. Comme ces laboratoires sont dits nombreux et complexes, on nous souligne qu’il est plus complexe de modifier les paramètres de chacun pour chaque session.

Questions

1. Utilisez-vous un outil d’aide à la détection du plagiat (Turnitin, Compilatio, etc.) dans votre établissement ? Le cas échéant, quel est-il ?

2. Sinon, j’aimerais savoir quelles sont les solutions de prévention du plagiat et de la tricherie que vos départements pratiquant de tels laboratoires appliquent concrètement lors de ces pratiques et de la rédaction des rapports subséquents.

Détail des réponses

ÉTABLISSEMENT/REPTIC

RÉPONSES

Alma
Annie Bouchard

Le nombre de tricheries n’a pas augmenté de façon significative dans notre collège. En chimie, entre autres, les profs utilisent des concentrations différentes. Nous n’utilisons pas d’outils spéciaux pour contrer le plagiat.

André-Laurendeau
Vanitha Pillay

Compilatio.

Nous travaillons également à revoir nos mesures à cet effet.

Bois-de-Boulogne
Jessika Groleau

Compilatio. C’est aussi un phénomène qui a été relevé il y quelques années ici aussi, en particulier dans les rapports de laboratoire en sciences…

Une autre mesure a été mise en place avec la bibliothécaire afin d’expliquer adéquatement le référencement (parfois c’est aussi une question de ne pas savoir comment citer…)

Champlain – Lennoxville
Judith Beaudoin

Non, pas d’outils.

Collège Universel
Zakaria Jamai Mouhtadi

Aucun outil pour le moment.

Dawson
Rafael Scapin

Nous utilisons Turnitin.

Édouard-Montpetit
Julie Dessureault

Nous utilisons Compilatio.

Gaspésie et des Îles
Hélène Sainte-Marie

Non, pas pour l’instant. Nous misons sur la prévention : ateliers de prévention, affiches de prévention et section sur le portail du personnel et étudiants, utilisation de l’outil « mon travail est-il prêt à être remis ».

Jean-de-Brébeuf

Nous utilisons Turnitin.

Lionel-Groulx
Pierre Levasseur

1. Aucun outil n’est utilisé.

2. Prévention : antiplagiat – Lionel Groulx

Rimouski
Nelson Jean

Compilatio

InfoPlag

Rivière-du-Loup
Marylin Nadeau

Compilatio (enseignants) et Studium (étudiants)

En prévention, nous avons promu l’outil de Marie-Victorin Mon travail est-il prêt à être remis. Distribué par les enseignants en classe et directement accessible sur le portail. Spécifiquement pour les laboratoires, la démarche de LL avec le wiki Moodle est intéressante.

Saint-Hyacinthe
Grégoire Compaoré

Le choix des enseignants s’est porté sur URKUND après avoir comparé et testé 3 logiciels : Compilatio, Turnitin et URKUND.

Shawinigan
Jocelyne Dupont

Nous utilisons Compilatio.

Sherbrooke
David Laplante

Aucun outil, mais une forte demande enseignante.

Beaucoup d’efforts dans la prévention, l’éducation, la sensibilisation, et la valorisation du droit d’auteur et la rigueur intellectuelle.

Valleyfield
Myriam Arsenault

1. Non

2. Prévention. Je crois que présentement les REBICQ et REPTIC se penchent sur la question et vont pondre quelque chose en lien avec le plagiat.

Vanier
Patti Kingsmill

Nos professeur(e)s ont accès à Turnitin.

Victoriaville
Lorraine Ouellette

Aucun outil pour le moment.

Nous avons par contre des examens individuels de laboratoires (pratique, théorique et rédaction).

Vieux Montréal
Daniel Bourry

1. Oui. Compilatio, mais uniquement pour le programme de sciences humaines.

2. Voir la réponse ci-dessous d’un professeur :

« Je demande un compte-rendu de laboratoire séance tenante dans les cours de technique. Il est rempli de façon manuscrite; pas de transfert de données ou d’analyse informatisée. Quand j’enseignais dans le programme de Sciences de la nature, je demandais également une copie des données recueillies séance tenante, ce qui minimisait les risques ou, du moins, facilitait la détection du plagiat. Dans un colloque, j’ai déjà entendu un prof mentionner que lorsqu’il faisait travailler les étudiants dans un fichier Excel à télécharger, il incluait un nombre caché dans une cellule, nombre que le prof changeait chaque année. Il pouvait ainsi détecter si l’étudiant avait récupéré le travail d’une année passée. » Emmanuelle Goulet, Département des Sciences de la nature, Discipline physique, Cégep du Vieux Montréal

 

Écrire une réponse