logo Federation cegeps

Méthode de prise de notes et TIC

Contexte

Je prépare un atelier de prise de notes pour des étudiants en techniques de comptabilité et de gestion. Le programme a effectué un virage technologique récemment et tous les étudiants assistent aux cours avec un ordinateur portable.

Je cherche des informations (études, scénarios pédagogiques, méthodes) sur la prise de notes à l’aide d’un ordinateur et les résultats sont rares. Évidemment, nous connaissons tous pour la plupart les applications et logiciels de prise de notes. Mais qu’en est-il de l’aspect pédagogique?

Il en va de même pour la prise de notes sur papier. Le « Guide pour réussir » de Dionne fournit une méthode intéressante, mais ne tient pas compte de l’intégration des TIC dans l’apprentissage. Par exemple, la méthode Cornell prévoit un découpage de la feuille de notes en quatre, notamment afin de pouvoir revenir compléter ses notes après le cours. Dans le cas d’une prise de notes dans un logiciel de traitement de texte, il n’est pas nécessaire de prévoir ces espaces d’annotation puisque la mise en page s’adapte automatiquement.

Je cherche donc une méthode de prise de notes en classe qui tient compte du potentiel des TIC. Et puisque c’est en lien direct avec l’habileté 2.1.2 du Profil TIC des étudiants : Consigner des données, des faits, des observations, des concepts ou des réflexions (merci Nicole!!!), je fais un appel aux REPTIC.

Question

Connaissez-vous une ressource pédagogique sur la prise de note en classe à l’aide d’un ordinateur?

Actions suite à cet appel à tous

Les résultats de l’appel à tous, ainsi que de mes recherches personnelles, ne m’ont pas donné d’indications directes à ma question. On ne recense nulle part une méthode de prise de notes en classe au collégial qui remplace la technologie du « crayon et papier » par celle des TIC. Toutefois, quelques ressources pointent vers la prise de notes collaborative. D’autres abordent la schématisation, ou le mindmapping.

Puisque je devais livrer un atelier dans des délais assez brefs, j’ai opté pour la prise de notes collaborative en utilisant la fonctionnalité de collaboration synchrone de Google Docs. Je me suis basé sur le modèle de prise de notes collaborative présenté par Vincent Laberge (Laberge, 2013), tirant lui-même sa source du modèle de Reilly et Shen. (Reilly & Shen, 2011) Je vous rappelle que l’atelier s’adressait à des étudiants en techniques de comptabilité et de gestion qui sont équipés d’un ordinateur portable, dans une classe d’apprentissage actif.

Premier constat : le modèle est très intéressant et a semblé motiver les étudiants au-delà de mes espérances. Pendant l’atelier, ils ont créé et partagé des documents de prise de notes pour chacun de leurs cours, alors que ça ne faisait pas partie des directives.

Deuxième constat, le vide entourant les méthodes de prise de notes avec TIC est frappant. Il y a très certainement une piste de développement en ce sens!

Travaux cités

Laberge, V. (2013). La prise de notes collaborative. Consulté le 11 05, 2014, sur Tribune compétences informationnelles : la collaboration au service du milieu documentaire : http://tribuneci.wordpress.com/2013/09/30/la-prise-de-notes-collaborative/

Reilly, M., & Shen, H. (2011). Shared note-taking: A Smartphone-based approach to increased student engagement in lectures. IWCES. Australie: Flinders University.

Détail des réponses

ÉTABLISSEMENT/REPTIC

RÉPONSES

Ahuntsic
Annie-Claude Angers
Lisa Tremblay

Je n’ai pas une méthode à te suggérer, mais tu pourrais trouver des pistes dans le webinaire de l’APOP La prise de notes en classe… Que devient-elle avec les TIC?

Cégep à distance
Yves Munn

Je travaille justement à une capsule vidéo sur le sujet qui sera ajouté aux capsules en lien avec le Profil TIC des étudiants du collégial.

J’ai quatre références à te recommander :

En ajout si tu cherches aussi des méthodes de prise de notes avec un ordinateur seulement, ce pearltrees recense une quinzaine de ressources à saveur pédagogique : http://www.pearltrees.com/t/ap-cerveaux-kammerlocher/la-prise-notes/id3820464#item36867179

Lanaudière – L’Assomption
Jean-Luc Trussart

J’ai offert l’atelier Prise de notes 2.0 pour les enseignants de mon collège, notamment ceux de TAD qui sont en DEC avec portables. Tu peux certainement t’en inspirer!

Outaouais
Jean-François Nadeau

Voici quelques idées qui pourraient peut-être vous aider, même si elles ne répondent pas toutes directement à vos questions. Ces idées sont basées sur ma pratique d’enseignant en Technologies du génie électrique (TGÉ).

  • L’utilisation de Freemind ou de Mindmup dans Google Drive pour construire une carte conceptuelle ou pour la compléter. Cette activité peut se faire avant, pendant ou après le cours. Ou encore, comme récapitulation à la fin du cours. Le travail peut aussi se faire individuellement ou en groupe.
  • Utilisation de Google Doc pour qu’une équipe de quelques élèves construisent de façon collaborative un document qui résume la matière. Aujourd’hui, j’utiliserais aussi Google Classroom pour faire la même chose. Cette stratégie a été utilisée de façon spontanée par quatre de mes élèves dans un cours de philo… Le prof parlait tellement vite et le rythme du cours était tellement rapide, que ces élèves avaient partagé un même document dans Google Doc pour prendre chacun une partie des notes…
  • Tous les élèves en TGÉ ont une tablette PC. J’utilisais le logiciel Dyknow (malheureusement payant) qui permettait :
    • de créer une session de travail où étudiants et prof étaient connectés
    • le prof pouvait envoyer instantanément une page dans l’espace de travail des élèves : les élèves pouvaient l’annoter à l’aide d’un stylet ou du clavier
    • si la page envoyée était un exercice, les élèves pouvaient envoyer leurs solutions au prof pour correction immédiate à l’écran
    • les élèves pouvaient travailler en équipe
    • indiquer leur degré de compréhension de façon discrète
    • le prof ou les élèves pouvaient partager leur écran

Les deux premiers exemples sont des stratégies très intéressantes à utiliser à des moments où ces méthodes s’y prêtent.

Dyknow permet une interactivité entre le prof et ses élèves qui facilite la rétroaction immédiate et dynamique. On pourrait facilement imaginer un scénario où certains élèves soumettent leurs propres notes pour évaluation par la classe.

Remarquez qu’on peut reproduire plusieurs des activités possibles dans Dyknow en utilisant d’autres outils.

Saint-Jean-sur-Richelieu
Marc Tremblay

Je n’ai pas vraiment de guide comme tel. Mais, je suis à mettre sur pied un projet pour accompagner des étudiants ayant un trouble d’apprentissage dans l’élaboration d’une stratégie de prise de notes efficace avec le SMART PEN.

Sherbrooke
David Laplante

Je dirais que la pédagogie, puisqu’elle se veut pédagogique ;-), ne pointera pas plus une technique qu’une autre, puisque les types d’apprenants sont nombreux. Les recherches sont intéressantes dans les pays scandinaves, où le mindmapping a pris une importance considérable dès les premières années de la petite école.

Dans ce cas, je n’ai pas encore vu de ressources qui valaient vraiment le détour à ce niveau (prise de notes avec les NTICE) il me semble. Toutefois, plusieurs sources secondaires renvoient souvent à la carte mentale, ce que les Français et Scandinaves renomment le « mindmapping ». Pour les autres recherches, je n’en connais pas qui traitent spécifiquement de la prise de notes avec une technologie mobile.

Thetford
Éric Cloutier

Ça pourrait peut-être t’aider : La prise de notes dans la classe numérique

VTÉ
Christophe Reverd

La Vitrine technologie-éducation (VTÉ) et le CÉDIT ont proposé l’an passé un laboratoire plus large que la prise de note spécifiquement. Il est intitulé Collaborer avec les technologies.

VTÉ
Alexandre Enkerli

Pas certain d’avoir de telles ressources à ma disposition, mais bien intéressé d’en savoir plus. Il y a beaucoup d’hyperboles et beaucoup de discussion sur des outils spécifiques (encore un article sur Evernote?). Mais on fait un peu comme si c’était supposé être évident, d’un point de vue pédagogique.

Une expérience qui a été effectuée à Vanier, et dont Jen Mitchell me parlait aujourd’hui, c’était sur un cours en deux sections dans lesquelles des notes de cours étaient partagées. Je crois que le but de l’expérience était plutôt au sujet de l’utilité de quiz, mais il y a une formule à aller chercher. Par exemple dans l’utilisation de méthodes de pédagogie active, avec prise de notes collaboratives.

Personnellement, je crois qu’il y a beaucoup de potentiel dans la prise de notes écrites qui sont liées à des enregistrements audio. Les stylos intelligents Livescribe, par exemple, ou l’application Notability. Je n’ai pas fait une étude très spécifique de ces pratiques, mais ça me permet d’imaginer diverses possibilités. J’utilise déjà ces outils pendant des entrevues, des présentations, des réunions et des conférences. Mes étudiants ne les utilisent pas de leur propre chef, mais il y aurait une expérience à tenter.

D’ailleurs, Richard Buckland, un enseignant à UNSW aux États-Unis, utilise le wiki pour la prise de notes. 

Même le document collaboratif de la première étape du labo de mon collègue Christophe donne une bonne idée du potentiel.

Donc, je crois qu’il y a quelque chose à creuser, dans tout ça. Mais c’est souvent bon de partir d’expériences réelles, basées sur des situations d’apprentissage, pour élargir à une étude plus robuste sur les affordances des outils.

Écrire une réponse