logo Federation cegeps

Accessibilité aux stages et évaluation des attitudes

Contexte

Je fais appel à vous pour que vous agissiez comme interlocuteur pour moi auprès de vos collègues conseillers pédagogiques dans les programmes de Techniques d’éducation à l’enfance (TEE), Techniques d’éducation spécialisée (TES), Intervention en délinquance (TID) et Travail social (TS).

Mon département d’éducation spécialisée souhaite instaurer un filtre pour l’accès au stage. Avec les années, nous constatons que quelques étudiantes ou étudiants ne démontrent pas une attitude professionnelle en classe et cela se produit, pour ces personnes, presque toujours en stage. Autre point, plusieurs milieux demandent avant l’accueil du stagiaire, la vérification des antécédents judiciaires et nous nous demandons si une telle vérification pourrait faire partie des critères de vérification lors de l’admission.

Questions

  1. Dans les programmes de Technique d’éducation à l’enfance (TEE), Techniques d’éducation spécialisée (TES), Techniques d’intervention en délinquance (TID) et Techniques de travail social (TTS), est-ce que votre coll<ège à établi des critères sur lesquels se baser pour permettre l’accès aux stages? Si oui, lesquels?
  2. Comment faites-vous la vérification des attitudes (ex. mise en situation filmée)?
  3. Demandez-vous à l’admission la vérification des antécédents judiciaires?

Détails des réponses

ÉTABLISSEMENT/REPTIC

RÉPONSES

Abitibi-Témiscamingue
Marie-Josée Tondreau

  1. Critères pour l’accès aux stages : Les critères sont en cours d’élaboration. Ça tombe bien, le département est présentement en réécriture du programme!
  2. Vérification des attitudes : Les enseignantes ont constaté les mêmes difficultés. Elles ont donc convenu d’évaluer les attitudes en ajoutant une dimension éthique, qui sera évaluée de façon formative et certificative, à la formation. Plus spécifiquement, cette dimension sera davantage abordée dans quatre cours, soit : Profession : intervenant en délinquance, L’intervenant et l’observation ainsi que dans les cours de stage.
  3. Antécédents judiciaires : Aucune vérification des antécédents judiciaires n’est demandée à l’admission. Toutefois, dès les premiers cours du programme, les étudiants sont avisés que le fait d’avoir des antécédents peut nuire à l’accessibilité aux stages ainsi qu’au marché du travail. Lorsque j’aurai d’autres réponses, je te les ferai parvenir.

Cégep à Distance
Sophie Ringuet

  1. Critères pour l’accès aux stages : Pour les critères, les API vérifient si les cours préalables au stage ont été réussis. L’étudiant doit aussi avoir trouvé un milieu de stage répondant aux exigences et être accompagné par une éducatrice diplômée d’expérience (cela est vérifié).
  2. Vérification des attitudes : Pour les attitudes, il n’y a pas de vérification particulière avant le stage. Cependant, lors de chacune des visites de stage, certaines attitudes sont évaluées par le superviseur du CàD. Quand l’étudiant veut reprendre un stage qu’il a échoué, l’admission ne se fait pas sur la seule base de la réussite des cours préalables. Actuellement, l’étudiant doit présenter un texte de justification (portant sur les difficultés qui l’ont conduit à l’échec, les moyens qu’il a mis en œuvre pour les résoudre et les résultats obtenus) et son dossier est étudié pour évaluer la possibilité de reprise de stage. Pour reprendre le Stage 2 (dernier stage), l’étudiant pourrait se voir aussi exiger le cumul d’au moins une année de travail à temps plein comme éducateur avant de pouvoir le reprendre (il faut dire qu’au Cégep à Distance, plusieurs étudiants sont en emploi lorsqu’ils font leur AEC).
  3. Antécédents judiciaires : Pour la vérification des antécédents judiciaires, l’étudiant doit l’obtenir et en est averti, mais c’est au milieu de stage de vérifier cela avant de l’accepter. Le Cégep ne vérifie pas cela normalement. (Cependant, si on découvre un empêchement, une note est mise au dossier de l’étudiant).

Note : Un étudiant qui a échoué un stage pour motif sérieux est exclu du programme et ne peut donc pas faire de reprise de stage. L’étudiant pourrait demander d’être réadmis au programme, mais cela n’est possible qu’à plusieurs conditions.

Champlain – Lennoxville
Judith Beaudoin

  1. Critères pour l’accès aux stages : Le filtre pour les stages : des prérequis dans les cours servent de filtres…
  2. Vérification des attitudes : —
  3. Antécédents judiciaires : Oui, car la plupart des milieux de stage l’exige, les élèves doivent donc le fournir pendant leur première session.

Lanaudière à Joliette
Martin Richard

  1. Critères pour l’accès aux stages : Pour l’instant, nous n’avons pas de filtre formel pour donner accès au stage. Nous avons échangé entre nous à ce sujet à quelques reprises et nous en sommes venus à la conclusion qu’il était préférable de se faire une idée sur nos étudiantes et étudiants en leur permettant de s’engager dans leur cheminement scolaire. En contrepartie, nous avons mis en place certaines dispositions qui font en sorte de réduire les risques.
  2. Vérification des attitudes : Dès la première année, les élèves sont sous tutorat, ce qui nous permet d’identifier des élèves à risque sur le plan des attitudes. Le cas échéant, ces élèves sont rencontrés en fin d’année et on leur mentionne que leurs attitudes posent problème, qu’on attend des changements, sans quoi l’expérience de stage risque d’être difficile. On les informe également que nous partageons ces observations en équipe.
    En deuxième année, la première partie du stage est faite en supervision directe. Ce qui permet aux enseignants de refléter aux élèves leurs forces et leurs défis sur le plan relationnel.
    De plus en plus de milieux passent des entrevues avant de confirmer la place de stage. Cette façon de faire n’élimine pas complètement les risques de mauvais jumelages, mais cela nous permet d’avoir le point de vue et le consentement du milieu pour accueillir une ou un futur stagiaire.
    Malgré ces mesures, il arrive des situations où nous devons arrêter une étudiante ou mettre un étudiant en échec lors de son projet intégré, projet qui se vit en équipe à la dernière session. C’est le dernier filtre qui nous assure que l’étudiant a les attitudes requises pour être éducateur spécialisé.
  3. Antécédents judiciaires : D’autre part, en ce qui concerne les antécédents judiciaires, ils ne sont pas demandés lors de l’admission dans la formation, mais plutôt lors des stages dans les milieux d’intervention. En effet, de plus en plus de milieux de stages les exigent. Certains milieux s’acquittent de faire les démarches, d’autres demandent aux étudiantes ou aux étudiants de les faire. Nous avons tenté d’avoir une entente avec le poste de la SQ de Joliette pour que cette formalité se fasse en début de formation pour tous nos étudiants en même temps, mais nous n’y sommes pas parvenus.
    En espérant répondre à vos attentes
    Audrey Pelletier
    Coordonnatrice des stages et des projets interculturels
    Département TES

Lanaudière à L’Assomption
Chantal Sincerny

Pour faire suite à votre courriel, nous avons le programme en Techniques de l’Éducation à l’Enfance (322.A0).

  1. Critères pour l’accès aux stages : Le seul critère qui empêche un étudiant d’aller en Stage I est d’avoir un dossier judiciaire. Naturellement pour le Stage II, l’étudiant doit avoir effectué son Stage I et pour le Stage III, l’étudiant doit avoir effectué son Stage II.
  2. Vérification des attitudes : La vérification des attitudes professionnelles s’effectue tout au long du cheminement académique de l’étudiant en classe, lors des activités éducatives avec les enfants, dans sa démarche face à son potentiel créateur, à ses attitudes face à la nouveauté, au changement, dans sa communication avec les pairs, les enfants et les parents. Dès la première session, les étudiants sont sensibilisés à un code d’éthique construit par eux-mêmes.
    Des mises en situation s’effectuent dans la plupart des cours et les cours synthèses. Si un étudiant a un comportement ou des attitudes non professionnelles, il est rencontré par le comité de discipline qui est composé par la coordonnatrice du département et de deux enseignants. L’étudiant devra s’amender avant de poursuivre son cheminement académique.
  3. Antécédents judiciaires : La vérification des antécédents judiciaires est demandée dans plusieurs milieux et, dans notre programme en TEE, le mécanisme sera mis en place pour cette vérification dès les prochaines admissions au mois de mai prochain.

LaSalle
Sophie Valentin

  1. Critères pour l’accès aux stages : Oui. Les étudiants doivent réussir tous les cours préalables aux stages et passer l’évaluation de savoir-être.
  2. Vérification des attitudes : —
  3. Antécédents judiciaires : Oui.

Lévis-Lauzon
Nadia Laflamme

  1. Critères pour l’accès aux stages : Pour l’accès au stage, nous n’avons aucun filtre particulier. Par contre, les attitudes de base sont évaluées tôt dans la formation. Nous nous servons de la grille des attitudes de Grisé et Trottier dont nous avons extrait certaines attitudes qui nous apparaissaient plus prioritaires à développer et à démontrer.
    Dans notre formation, nous avons trois stages, un en deuxième session (1 jour/semaine), un en cinquième session (2 jours/semaine) et un en sixième session (4 jours/semaine).
  2. Vérification des attitudes : Dans l’évaluation finale du stage de deuxième session, les attitudes de base sont évaluées par le milieu de stage, cette évaluation peut faire échouer le stage. Par attitudes de base, nous parlons de respect, de non-jugement, de communication adéquate avec la clientèle et les collègues de travail, d’organisation du travail (ponctualité, respect des engagements) et de stabilité émotive.

    Exactement la même évaluation est reprise à la mi-session lors du stage à 2 jours/semaine. Si cette évaluation n’obtient pas la note de passage, l’étudiant est retiré du milieu de stage et assume un échec.
    À la fin du stage à 2 jours/semaine et durant le stage à 4 jours/semaine (mi-session et fin de session), l’ensemble des attitudes de la grille de Grisé et Trottier est évalué. À chaque fois, l’évaluation peut amener à un échec.

    Peu importe le stage, si un étudiant à un échec, il a le droit de le reprendre avec la signature d’un contrat d’apprentissage. Ce contrat a pour but de favoriser sa réussite en nommant les éléments sur lesquels l’étudiant doit travailler, les besoins d’encadrement spécifiques ou les besoins pédagogiques particuliers. Le contrat peut mentionner un échéancier particulier par exemple : d’ici la troisième semaine de stage, l’étudiant ira au-devant de la clientèle pour se présenter et offrir ses services. Le contrat peut aussi être pour toute la durée du stage par exemple : tout au long du stage, l’étudiant doit démontrer sa stabilité émotive.

    Depuis que nous avons instauré cette procédure, les contrats d’apprentissage ont servi presque exclusivement pour des situations reliées aux attitudes.
    Les milieux de stage apprécient ce fonctionnement. Ils se sentent soutenus par le département et savent que s’il y a un problème avec un étudiant, ils ont une occasion formelle pour en parler assez tôt dans la session.

    En ayant des énoncés concrets et objectifs, cela permet à toutes les parties impliquées (étudiant, superviseur et consultant dans le milieu) de parler le même langage et de savoir exactement ce qui sera évalué concernant les attitudes.

  3. Antécédents judiciaires : Dans notre département, nous ne faisons pas de vérification des antécédents judiciaires, mais dès la première session, les étudiants sont avisés qu’un casier judiciaire limite grandement les choix de stage et sont invités à en parler à la coordonnatrice des stages.

Fichiers joints : Évaluation Mi-stageÉvaluation «Stage de pratique dirigée».

Maisonneuve
Guy Laroche

  1. Critères pour l’accès aux stages : Il y a en quelque sorte un « filtre d’accès au stage » qui est effectué, principalement par le coordonnateur des stages. Les attitudes et comportements attendus, les problématiques de santé mentale ou autres particularités/problématiques sont traitées avec l’étudiant en cause. Un contrat comportemental peut être également élaboré, le tout dans l’optique de favoriser la réussite scolaire de l’étudiant. Une démarche avec l’étudiant peut conduire à un report du stage, avec consentement de ce dernier.
  2. Vérification des attitudes : Parallèlement à ceci, nous avons, au fil des ans, consolidé l’enseignement et l’évaluation du savoir-être au cours de la formation dans le cadre des cours dispensés. L’étudiant est plus susceptible qu’autrefois d’être interpellé sur ses attitudes et comportements qu’autrefois. Ceci peut ultimement compromettre sa réussite scolaire, effet inhérent aux évaluations faites par les professeurs dans les activités d’apprentissage de toutes sortes prévues aux plans de cours.
    Interdire l’accès au stage s’avère particulièrement improbable en vertu de la PIEA et d’autres réglementations liées à l’accès à l’instruction. Il arrive régulièrement qu’il y ait arrêt de stage (échec ou incomplet permanent), et ce en lien avec les observations factuelles et/ou évaluation faite en cours de stage. Dans cette éventualité, l’étudiant peut néanmoins s’inscrire au stage l’année suivante. Il y a évidemment des particularités à tenir compte. Par exemple, est-ce que l’étudiant est toujours inscrit au programme (continuité de la formation via d’autres cours) ou doit-il faire une demande de réinscription au programme le cas échéant où il y a eu arrêt de fréquentation scolaire? Dans ce dernier cas, nous avons de plus grandes possibilités de ne pas accepter son retour, pour le moins que son dossier soit bien documenté. Ou encore, que son retour soit conditionnel à des démarches personnelles effectuées (travail, bénévolat, suivi psychologique, etc.)
  3. Antécédents judiciaires : En réponse à votre demande, nous ne demandons aucune vérification des antécédents judiciaires. L’étudiant est toutefois informé qu’il peut y avoir des contraintes d’accès à certains milieux de stage. Un document leur précisant cette réalité lui est soumis et on lui demande d’apposer sa signature attestant qu’il a bien pris connaissance de cette éventualité. Il lui est aussi précisé, dès son entrée, d’informer le coordonnateur du programme s’il a déjà un casier judiciaire ou s’il en a déjà eu un avec pardon accordé. Enfin, s’il devait y avoir des procédures judiciaires au cours de sa formation, aboutissant à un casier judiciaire ou non, il est invité à transmettre cette information. Les milieux de stages connaissent tous cette procédure et il leur incombe d’effectuer les démarches nécessaires (ou de demander à l’étudiant de le faire), par exemple par le biais d’une enquête de réputation.

O’Sullivan
Michelle Deschênes

L’an dernier, aux ateliers pédagogiques de l’ACPQ, j’ai vu un excellent atelier de Julie Boisvert et Alexandre Genest (ils semblent avoir donné un atelier similaire à l’AQPC). Ils ont développé des outils et une démarche pour « faciliter la création d’activités d’évaluations novatrices », notamment en ce qui concerne les attitudes dans les domaines dont vous parlez, si ma mémoire est bonne.
Vous pourriez peut-être communiquer avec eux pour avoir une idée des résultats de leur démarche!

Rimouski
Maxime Ross

  1. Critères pour l’accès aux stages : —
  2. Vérification des attitudes : Ann-Marie Nadeau nous a accompagnés dans notre processus d’enseignement et évaluation des attitudes socioprofessionnelles de savoir-être. Ces attitudes reviennent donc tout au long de la formation en TTS.
    Nous les travaillons davantage dans une optique d’outiller les stagiaires que d’empêcher l’accès au stage, même si certaines situations particulières d’étudiant(e)s soulèvent parfois ce genre de questionnement.
  3. Antécédents judiciaires : Pour les antécédents judiciaires, ce sont les milieux qui les demandent, nous ne le faisons pas d’emblée, car ça pourrait nuire au cheminement de certain(e)s de nos étudiant(e)s.

Sainte-Foy
Guylaine Groleau

  1. Critères pour l’accès aux stages : En fait, pour partir en stage, certains préalables obligatoires doivent être réussis et la grande majorité des cours précédant le stage doivent être réussis. Si l’étudiant a démontré divers comportements questionnables en cours, nous les notons objectivement et le directeur adjoint peut, à l’aide des règlements établis au cégep, empêcher un étudiant de partir en stage.
    Ce qui est plus fréquent toutefois, c’est que l’étudiant parte en stage, mais nous évaluons des attitudes de base à chaque visite de stage et si des manquements importants au niveau de ces attitudes sont notés, des modifications sont demandées. Si les modifications de l’étudiant ne sont pas satisfaisantes, nous pouvons retirer un étudiant à partir de 40 % de la durée de son stage. La décision de retirer un étudiant de stage sera prise conjointement par le milieu et la superviseure de stage et discutée avec la coordonnatrice de stage (voir document en pièce jointe). Il faut noter que ces attitudes de base ont été réfléchies avec les techniques humaines et de la santé, d’où des indicateurs au niveau de l’hygiène et de l’habillement, mais ils nous servent à l’occasion.
  2. Vérification des attitudes : Pour le moment, nous évaluons principalement la réflexion autour des attitudes professionnelles dans les cours.
  3. Antécédents judiciaires : En TEE, la vérification est obligatoire et demandée dès les premières semaines de cours. Un comité se penche sur l’analyse des dossiers avec antécédents pour donner une recommandation. Si la recommandation est positive, le dernier mot appartient tout de même au service de garde éducatif qui accueillera le stagiaire.
Sherbrooke
David Laplante

Voici deux réponses reçues depuis deux semaines sur les trois demandées :

Denise Berthiaume, TEE

  1. Critères pour l’accès aux stages : Bonjour David, en TEE les étudiantes ont un stage par année (3). Elles doivent avoir en main une absence d’empêchement (papier qu’elles reçoivent du service de police après vérification de leurs antécédents judiciaires) avant d’aller dans un milieu de garde.
  2. Vérification des attitudes : Nous allons les évaluer sur place à deux reprises pendant la session (observation d’environ 45 minutes et discussion à trois entre stagiaire, éducatrice et superviseure, 60 minutes environ). Nous les rencontrons à six reprises au cégep (en groupe ou en individuel) pour parler du stage.
  3. Antécédents judiciaires : Nous ne demandons pas les antécédents judiciaires à l’admission, mais ils doivent se les procurer pour avoir accès au stage qui débute à la deuxième session.

François Bathalon, TS

  1. Critères pour l’accès aux stages : Bonjour David. Malheureusement, nous n’avons aucun critère pour l’accès aux stages, sauf la réussite des cours préalables.
    Sinon, après trois ou quatre entrevues, si une étudiante n’a été retenue dans aucun milieu, il se peut, après rencontre avec l’étudiante, que nous retardions son stage à la session suivante.
  2. Vérification des attitudes : —
  3. Antécédents judiciaires : Pour les vérifications d’antécédents judiciaires, nous procédons au cas par cas selon les besoins des organismes, mais de plus en plus, ce sont les organismes eux-mêmes qui font les vérifications.

 

Écrire une réponse